Les monuments en péril ont jusqu'au 28 février pour s'inscrire à la 2e édition du Loto du patrimoine

Deux jeux à gratter et un tirage exceptionnel du Loto le 14 juillet: la FDJ va étoffer cette année son offre de jeux destinés à financer la restauration de monuments français. La première édition de cette opération, sous le patronage de Stéphane Bern, avait connu un vif succès, permettant à l'opérateur de jeux de verser 22 millions d'euros à la Fondation du Patrimoine.

Stephane Pallez et Stephane Bern devant l\'Elysée lors du lancement du loto du patrimoine en 2018
Stephane Pallez et Stephane Bern devant l'Elysée lors du lancement du loto du patrimoine en 2018 (LUDOVIC MARIN / AFP)
Pour "l'an 2 de la Mission Patrimoine", 118 monuments en péril, dont 18 monuments "emblématiques", doivent être désignés prochainement. "Une attention particulière sera portée aux projets de centre-bourgs et de centre-villes", avait annoncé en janvier la Fondation du Patrimoine. Plus de 3.000 sites étaient recensés sur le site internet de la mission, à quelques heures de la fermeture des candidatures le 28 février, a-t-on appris auprès de la Fondation.

Un tirage exceptionnel le 14 juillet

"L'objectif est de faire mieux, ou au moins aussi bien, que ces 22 millions d'euros", affirme à l'AFP Stéphane Pallez, la PDG de la FDJ. Pour cela, "nous avons choisi d'avoir deux temps forts, avec des jeux différents pour des clients différents", résume-t-elle. Alors que l'an dernier, le lancement d'un jeu à gratter et le tirage du "Super Loto" s'était concentré autour des Journées du patrimoine, le tirage exceptionnel du Loto aura cette fois lieu le 14 juillet pour "en faire un événement plus important", souligne Mme Pallez. Le jackpot reste inchangé, à 13 millions d'euros. 
Theatre des Bleus de Bar, à Bar-Le-Duc, bénéficiaire de l\'édition 2018
Theatre des Bleus de Bar, à Bar-Le-Duc, bénéficiaire de l'édition 2018 (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)
L'an dernier, deux millions de Français y avaient participé, pour 14 millions d'euros de mises, soit 30% de plus que lors d'un tirage moyen de loto. 
En amont des Journées européennes du patrimoine, prévues du 13 au 15 septembre, seront ensuite lancés des jeux à gratter. Le jeu à 15 euros (pour un gain de 1,5 millions d'euros), un ticket grand format mettant en scène six des 18 "monuments emblématiques", sera reconduit. Il sera accompagné cette année d'une gamme de douze tickets, présentant chacun un monument, proposés à 3 euros pièce pour un gain possible de 30.000 euros.

"Une énorme succès"

L'an dernier, le ticket à 15 euros avait connu "un énorme succès", avec 178 millions d'euros misés par 2,8 millions de clients, "dont 200.000 étaient de nouveaux joueurs", souligne Stéphane Pallez. "Nous pensons que nous avons un potentiel de clients supplémentaires. On veut essayer d'aller les chercher en créant une famille de "jeux patrimoine", comme on l'a fait pour Astro ou Mots Croisés. On espère aussi créer un effet de collection et que les gens achètent plusieurs tickets", explique la dirigeante de la FDJ.
Villa Viardot, à Bougival, ancienne résidence de l\'écrivain russe Ivan Tourgueniev, bénéficiaire du Loto en 2018
Villa Viardot, à Bougival, ancienne résidence de l'écrivain russe Ivan Tourgueniev, bénéficiaire du Loto en 2018 (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

L'an dernier, outre les 22 millions d'euros de la FDJ, 21 millions d'euros ont été versés par l'Etat pour compenser les taxes prélevées sur les jeux. "Il y a également eu environ six millions d'euros de financements privés collectés dans ce contexte-là, ce qui fait près de 50 millions d'euros supplémentaires pour le patrimoine", souligne Stéphane Pallez.  "A travers ces jeux, on donne plus de visibilité aux projets, ça permet d'avoir plus de mécènes privés, de crowdfundings... C'est un effet qu'on a constaté en 2018: avec ce coup de pouce de notoriété, des gens ont donné spontanément à ces monuments, les visites ont augmenté... C'est un cercle vertueux", détaille-t-elle. 

Ce système de financement de la rénovation du patrimoine pourrait s'inscrire durablement dans le paysage, comme cela existe dans d'autres pays européens. "La convention est prévue sur trois ans. Depuis le début, l'objectif est d'en faire un succès durant ces trois ans pour que ce jeu devienne pérenne", souligne Mme Pallez.
 

Jusqu'à ce soir pour s'inscrire comme monument en péril

Pour bénéficier des ressources apportées par le Loto du patrimoine, les monuments doivent s'inscrire au préalable, avant de passer par une sélection. L'édition 2019 devra se limiter à 118 monuments menacés, en baisse par rapport à l'année dernière (270 monuments). Le Loto du patrimoine avait été critiqué à cause du trop grand nombre de monuments bénéficiaires, qui avait abouti en un saupoudrage des subventions. Les sites ont jusqu'à ce soir pour s'inscrire, avant d'être sélectionnés dès demain au Palais de l'Elysée lors d'une réunion qui regroupera le ministère de la Culture, la Fondation du patrimoine, la FDJ, le Centre des monuments nationaux et Stéphane Bern, le tout sous l'égide d'Emmanuel Macron.
L\'abbaye de Sénanque, dans le Vaucluse, fait partie des candidats de l\'édition 2019
L'abbaye de Sénanque, dans le Vaucluse, fait partie des candidats de l'édition 2019 (A. Held/picture alliance / blickwinkel/A/Newscom/MaxPPP)
Actuellement, le débat tourne aussi autour de la répartition de la somme encaissée. L'année dernière, sur les 200 millions d'euros récoltés, seul 22 avaient été versés au monuments. Stéphane Bern souhaite que cette somme augmente, en demandant à l'Etat d'exonérer les prochaines éditions de la taxe sur les jeux de hasard (14 millions prélevés en 2018) et à la FDJ de toucher moins de marge (20 millions en 2018).