L'incendie de Notre-Dame pourrait être lié à "un dysfonctionnement du système électrique" ou "une cigarette mal éteinte", annonce le parquet de Paris

Deux mois après le sinistre qui a ravagé une partie de la cathédrale, le parquet de Paris a clôturé l'enquête préliminaire. "Aucun élément ne permet d'accréditer l'hypothèse d’une origine criminelle", dit encore le parquet de Paris.

La cathédrale Notre-Dame de Paris, le 24 juin 2019.
La cathédrale Notre-Dame de Paris, le 24 juin 2019. (NICOLAS ECONOMOU / NURPHOTO / AFP)

Deux mois après l'incendie qui a ravagé une partie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, le parquet de Paris annonce, mercredi 26 juin, qu'"aucun élément ne permet d'accréditer l'hypothèse d'une origine criminelle". En revanche, "plusieurs hypothèses ont retenu l’attention des enquêteurs parmi lesquelles celle d'un dysfonctionnement du système électrique ou celle d'un départ de feu occasionné par une cigarette mal éteinte, sans qu’il soit possible d’en privilégier une à ce stade", relève le parquet

"Si certaines défaillances, dont l'ampleur du sinistre a pu être la conséquence, ont été mises en évidence, les investigations réalisées ne permettent cependant pas, à ce jour, de déterminer les causes de l'incendie", poursuit le parquet, qui a clotûré son enquête préliminaire. Le parquet annonce par ailleurs l'ouverture d'une information judiciaire contre X pour "dégradations involontaires par incendie par violation manifestement délibérée d'une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement". Des investigations "plus approfondies", "justifiant notamment un important travail d’expertise", vont désormais devoir être menées.