Incendie de Notre-Dame : la Fondation du patrimoine porte plainte après une tentative d'escroquerie aux dons

Le parquet de Paris a ouvert vendredi une enquête pour escroquerie en bande organisée, confiée à la brigade de répression de la délinquance astucieuse (BRDA).

La cathédrale Notre-Dame de Paris, le 19 avril 2019, quatre jours après l\'incendie qui a dévoré sa charpente.
La cathédrale Notre-Dame de Paris, le 19 avril 2019, quatre jours après l'incendie qui a dévoré sa charpente. (PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP)

Gare aux sites malveillants qui profitent de la générosité publique après l'incencie de Notre-Dame de Paris. La Fondation du patrimoine a déposé une plainte contre des individus qui profitent de l'émotion nationale pour solliciter frauduleusement des dons en son nom, fait savoir une source judiciaire à franceinfo, vendredi 19 avril.

Des appels téléphoniques ou des envois d'e-mails usurpent le titre de Fondation du patrimoine pour inviter les destinataires à adresser leurs dons par le biais d'un virement au profit d'un compte bancaire dont le RIB est transmis en pièce jointe.

"La Fondation alerte les internautes de l'existence d'un site de collectes frauduleux pour Notre-Dame. Le site suivant est frauduleux : https://donfondation-patrimoine-sauvonsnotredame.weebly.com/", a précisé un communiqué. "Ici les fraudeurs ont repris les termes principaux de notre url et les ont remis dans un ordre différent. Ce qui les trahit, c'est l'extension en fin d'url de 'weebly.com', qui est le nom d'un générateur de sites webs gratuits", a précisé la directrice pour la pressse de la Fondation, Laurence Levy.

"De nombreuses escroqueries en France et à l'étranger"

Informé de ces faits, le parquet de Paris a aussitôt ouvert une enquête du chef d'escroquerie en bande organisée, afin de faire cesser ces agissements et d'identifier leurs auteurs. Cette enquête a été confiée à la brigade de répression de la délinquance astucieuse (BRDA).

Mardi dernier, la Fondation avait été alertée sur une fraude venue d'Italie, précisait Le Figaro, après l'envoi d'e-mails siglés d'un faux logo. Pour l'heure, impossible de dire si l'enquête concerne ce signalement ou une autre fraude. "De nombreuses escroqueries nous ont été signalées en France et à l'étranger", avait annoncé mercredi la Fondation, qui avait donné le critère pour déterminer si le démarchage est celui d'un profiteur ou non : "La Fondation du patrimoine ne fait aucune relance téléphonique par mail, courrier ou téléphone. Toutes ces démarches sont frauduleuses".