Incendie de Notre-Dame : des taux de plomb bien au-dessus des seuils autorisés

Mediapart révèle que des taux de plomb jusqu'à 700 fois supérieurs aux seuils autorisés ont été mesurés aux alentours de Notre-Dame de Paris, presque trois mois après l'incendie.

FRANCE 2

Le 15 avril dernier, 400 tonnes de plomb sont parties en fumée avec la flèche et la charpente de Notre-Dame. Les particules de ce métal cancérigène sont tombées tout autour de la cathédrale et les ouvriers qui travaillent sur le chantier sont les premiers exposés. Alors, ils sont équipés de masques et de gants pour éviter tout contact. Mais certains ne portent aucun de ces équipements.

L'Agence régionale de santé conteste les données de Mediapart

"Mon inquiétude, c'est d'abord les travailleurs, parce qu'ils y sont huit heures par jour, parce que les précautions n'ont pas été prises dès le début. Ensuite, c'est évidemment les riverains", indique Annie Thébaud-Mony, spécialiste de santé publique. Selon Mediapart, des taux de plomb de 400 à 700 fois supérieurs aux seuils autorisés ont été relevés à l'intérieur et aux alentours de la cathédrale début mai. Des données contestées par l’Agence régionale de santé qui assure que les résultats de prélèvements de poussière ne justifient pas des mesures de protection particulières.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un incendie ravage la toiture de la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 15 avril 2019. 
Un incendie ravage la toiture de la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 15 avril 2019.  (BERTRAND GUAY / AFP)