Incendie de Notre-Dame de Paris : "On était au démarrage d'un grand programme de restauration de 150 millions d'euros"

"Il va falloir redoubler d'efforts pour trouver des fonds", a déclaré lundi sur franceinfo le président de la fondation de mécénat Friends of Notre-Dame de Paris, alors que la cathédrale brûlait depuis plusieurs heures.

Michel Picaud, président de la fondation Friends of Notre-Dame de Paris, le 27 septembre 2017.
Michel Picaud, président de la fondation Friends of Notre-Dame de Paris, le 27 septembre 2017. (SEBASTIAN KUNIGKEIT / DPA)

"Je suis complètement consterné", a réagi lundi 15 avril sur franceinfo Michel Picaud, président de la fondation de mécénat Friends of Notre-Dame de Paris, alors que la célèbre cathédrale parisienne était assaillie par les flammes depuis lundi soir. "On avait établi un programme de restauration de l'ordre de 150 millions d'euros et la première phase portait sur la flèche."

>> Suivez notre direct : DIRECT. Incendie de Notre-Dame de Paris : la structure de la cathédrale "est sauvée et préservée dans sa globalité"

franceinfo : Notre-Dame venait de démarrer une nouvelle phase de restauration.

Michel Picaud : Je suis complètement consterné parce qu'on était au démarrage d'un grand programme de restauration de la cathédrale et d'un coup, des pans entiers de la cathédrale disparaissent, c'est terrifiant. C'est un spectacle épouvantable.

Quelle était l'ampleur des travaux à réaliser ?

On avait établi un programme de restauration de l'ordre de 150 millions d'euros et la première phase portait sur la flèche. D'ailleurs la semaine dernière, on a descendu les seize statues monumentales de la flèche et malheureusement cette flèche est partie avec les flammes. C'est un coup terrible.

Devra-t-on faire appel à une aide internationale ?

Là ça va être multiplié par deux, trois et il va falloir redoubler d'efforts pour trouver des fonds et remettre cette cathédrale dans l'état où elle était il y a encore quelques heures. On avait déjà une base de donateurs français et internationaux, américains qui commençait à nous aider mais là, il va falloir des moyens beaucoup plus importants. Mais il faut garder espoir. Cette cathédrale a déjà subi des assauts au moment de la révolution. La flèche était tombée déjà. La flèche qui était là, c'était déjà la flèche reconstruite par Viollet-le-Duc, au XIXe siècle. Donc ce ne sont pas les premiers dégâts. Victor Hugo avait sonné l'alarme sur l'état de la cathédrale et il y avait eu un programme de vingt ans de travaux de restauration au XIXe. Il va falloir faire pareil. C'est peut-être encore pire.