Concert pour Notre-Dame : "Dans ces moments-là, la musique est très importante" explique Gautier Capuçon

"Il y a une solidarité extraordinaire" se réjouit le violoncelliste Gautier Capuçon ce samedi sur franceinfo, à quelques heures du grand concert organisé ce soir par France 2 au profit de la restauration de Notre-Dame de Paris. 

Le violoncelliste Gautier Capuçon sur la scène du Paléo Festival, à Nyon (Suisse) le 27 juillet 2014
Le violoncelliste Gautier Capuçon sur la scène du Paléo Festival, à Nyon (Suisse) le 27 juillet 2014 (ANTHONY ANEX / MAXPPP)

Mardi 16 avril, quelques heures après l'incendie, Gautier Capuçon avait rendu un vibrant hommage à Notre-Dame en jouant de son instrument sur le trottoir près de la cathédrale. Il sera à nouveau présent lors du concert de samedi aux Invalides : "C'est un concert qui va réunir tout un collectif d'artistes. Il y aura des styles et des genres de musique très différents", détaille-t-il.


franceinfo : La musique est-elle un moyen d'exprimer votre tristesse ?

Gautier Capuçon : Le violoncelle est mon moyen de dire ce que je ne peux pas toujours dire avec des mots. C'est comme un peintre avec son pinceau et un poète avec ses mots. La musique me permet de traduire la tristesse. Elle nous accompagne dans ces émotions fortes et notamment quand on a besoin de réconfort. Je suis retournée voir Notre-Dame et j'étais très émue de voir, comme mardi matin, cette façade sublime, d'une puissance incroyable. On avait l'impression qu'il n'y avait pas eu de feu. Il n'y a pas de trace de suie, la façade est immaculée. C'est impressionnant car le feu a ravagé la toiture, la flèche et sur la façade on ne voit rien.
Dans ces moments-là, la musique est très importante. Tous les messages que j'ai lus étaient des messages pour remercier la musique de nous accompagner.

Comment va se dérouler le concert de ce soir ?

C'est un concert qui va réunir tout un collectif d'artistes. Il y aura des styles et des genres de musique très différents pour rassembler un public qui va venir du monde entier. Il y a une solidarité extraordinaire. Il est important de se rassembler, de vivre ça ensemble et évidemment de récolter des fonds pour la restauration de la cathédrale. Nous sommes dans un contexte social et politique compliqué et chacun interprète à sa manière l'incendie de la cathédrale Notre-Dame. Mais qu'on soit croyant ou pas, il y a certains messages et lundi soir quand je suis arrivé près de la cathédrale, j'ai été touché par cette communion et parce que tout le monde était dans un état de sidération total, de tristesse et d'impuissance. On voyait ce drame et tout était entre les mains de ces pompiers qui se sont battus de manière héroïque et courageuse. Ils ont quand même tous mis leurs vies en jeu et sans eux il n'y aurait plus de cathédrale. Cet état de communion s'est malheureusement évaporé avec des tas de polémiques.

Vous parlez des polémiques sur les dons ? Vous comprenez les gens qui se battent au quotidien pour la défense du patrimoine, des petites églises vétustes voire dangereuses et qui ne sont pas rénovées ?

Je comprends tout à fait. Mais il faut voir le bon côté des choses et en ce moment on a besoin d'unité et il faut qu'on vive ça ensemble. Je suis très soulagé que le grand orgue soit sauvé car c'est une œuvre d'art, un des plus grands orgues d'Europe. Il a plus de 100 jeux, 8 000 tuyaux et il a été protégé du feu et de l'eau par une terrasse en pierre qui était juste au-dessus. Il sera bien entendu restauré.

Concert pour Notre-Dame : l'interview de Gautier Capuçon
--'--
--'--