Vidéo Une visite exceptionnelle au cœur de la grotte Chauvet avec la spécialiste de l'art pariétal Carole Fritz à la caméra

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
VIDEO. Une visite exceptionnelle au cœur de la grotte Chauvet avec la spécialiste de l'art pariétal Carole Fritz à la caméra
Article rédigé par
France Télévisions

C’est un voyage au centre de la terre qui mène à la contemplation du "premier chef-d’œuvre de l’humanité". Un privilège offert aux téléspectateurs de France 2 et aux internautes du site et de l’application Franceinfo, car les scientifiques eux-mêmes n’ont accès à la grotte ardéchoise que trois semaines par an…  Extrait du magazine "13h15 le dimanche" du 13 juin 2021.

L’équipe scientifique emmenée par Carole Fritz, spécialiste des peintures sur parois, appelé art pariétal, n’a le droit de se rendre dans la grotte Chauvet, dans le département de l’Ardèche, que trois semaines par an, à cause des gaz dangereux. Le magazine "13h15 le dimanche" (replay) doit laisser la petite troupe sur le seuil de la porte blindée qui donne accès au "premier chef-d’œuvre de l’humanité" réalisé par des hommes ayant vécu il y a 36 000 ans.

La chercheuse au CNRS, qui dirige les recherches de l’opération archéologique nationale sur la grotte Chauvet-Pont d’Arc depuis 2018, va exceptionnellement filmer la descente et la visite pour les téléspectateurs de France 2 et les internautes du site et de l'application mobile de Franceinfo, rubrique "Magazines". Elle entreprend la descente à quatre pattes avec un sac à dos et poursuit debout jusqu’en haut de la cheminée avant de s’attacher pour plonger dans les entrailles de la terre en empruntant une échelle : "Là, on arrive dans l’une des premières salles. Ce que j’éclaire là-bas, c’était l’entrée naturelle de la cavité."

"On essaie de comprendre le pourquoi de ces dessins sur les parois"

"Vous voyez que ce sont de grandes salles… Ici, il y a un grand pilier, décrit Carole Fritz, avant de progresser à la seule lumière de sa torche qui laisse entrevoir quelques chefs-d’œuvre des ancêtres de l’homme du XXIe siècle. Et puis, ces sols magnifiques, scintillants qui ont emprisonné un certain nombre d’os." La scientifique avance caméra au poing en devant se baisser pour déboucher enfin dans la galerie du Cierge : "On voit au fond la zone d’activité des chercheurs éclairée par de grands ballons."

"On est face à des sociétés qui ont disparu, nous n’avons plus de locuteurs. On fait quoi ? On regarde les dessins et on fouille les poubelles, parce que quand on fouille un site archéologique, on fouille ce qu’ils nous ont laissé. On essaie de comprendre les savoir-faire de ces sociétés, de ces humains, et le pourquoi de ces dessins sur les parois", explique la scientifique qui dirige le Centre de recherche et d’étude pour l’art préhistorique Emile-Cartailhac (CREAP) à la Maison des sciences de l’homme et de la société de Toulouse (MSHS-T).

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Histoire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.