Cet article date de plus d'un an.

Témoignage : le récit de Sarah Castel, rescapée du Vel d'Hiv

Publié Mis à jour
Témoignage : le récit de Sarah Castel, rescapée du Vel d'Hiv -
Témoignage : le récit de Sarah Castel, rescapée du Vel d'Hiv Témoignage : le récit de Sarah Castel, rescapée du Vel d'Hiv - (FRANCE 3)
Article rédigé par France 3 - L. Nahon, F. Blevis, P. Grandouiller, O. Pergament
France Télévisions
France 3

Comme 13 000 Juifs en France, Sarah Castel a été embarquée par les autorités françaises à l'âge de 5 ans en direction du Vel d'Hiv. Elle raconte, pour le 19/20 du jeudi 14 juillet. 

Il y a 80 ans, Sarah Castel, 5 ans, vivait dans le centre de Paris avec ses parents et ses trois frères et sœurs, lorsque la police française est venue l'arrêter. "Mes parents ne sont jamais revenus", confie-t-elle, en pleurs. L'espace d'un instant, elle semble revivre le 16 juillet 1942, jour de la rafle du Vel d'Hiv. "Ils nous ont fait descendre en quatrième vitesse. Ils n'avaient pas le temps, ils en avaient tellement à prendre", poursuit-elle. 

"Il y avait des gens qui avaient compris, qui pleuraient" 

13 152 Juifs ont été arrêtés en deux jours. Des arrestations méthodiques, organisées par les autorités françaises. La plupart des personnes raflées ont été emmenées au vélodrome d'hiver. Une seule photo subsiste de cette journée tragique, un cliché des bus qui ont convoyé les Juifs jusqu'au Vel d'Hiv. "C'était horrible, ça sentait mauvais, il faisait très chaud. Toute la journée, toute la nuit, il y avait ces lumières bleuâtres qui rendaient fou. (…) Il y avait des gens qui avaient compris, qui pleuraient, qui criaient", se souvient-elle. D'autres se sont "jetés du haut des gradins sur la piste"

Embarquée dans des trains à bestiaux avec sa famille, Sarah Castel a été envoyée au camp de Pithiviers (Loiret). Ses frères et sœurs ainsi que ses parents ont, eux, été envoyés vers les camps de la mort. "La dernière image que j'ai de la famille, de mes parents, c'est cette séparation par des barbelés", dit-elle. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.