Sarcophages de Louxor : le décryptage de Frédéric Colin, chef de la mission française

Il était à la tête de la petite équipe d’archéologues français qui a mis au jour près de Louxor, une tombe renfermant deux sarcophages vieux de plus de 3500 ans. Le professeur Frédéric Colin, directeur de l'institut d'égyptologie de Strasbourg revient sur cette découverte majeure.

L\'un des deux sarcophages découverts par la mission archéologique française menée par Frédéric Colin dans la vallée d\'Al Asasif, près de Louxor.
L'un des deux sarcophages découverts par la mission archéologique française menée par Frédéric Colin dans la vallée d'Al Asasif, près de Louxor. (culturebox - capture d'écran)
Deux sarcophages ainsi qu’une stèle dans un état de conservation exceptionnel ont été découverts dans une tombe de la nécropole d’Al Asasif près de Louxor au sud du pays. Ils ont été présentés en grande pompe en novembre dernier aux autorités égyptiennes et aux médias du monde entier.

Outre leur état de conservation, le fait qu’ils remontent à une période pour laquelle les découvertes sont rares, les 17e et 18e dynasties, fait de ses deux sarcophages des pièces exceptionnelles. Reste maintenant à les étudier grâce à des modélisations en 3D qui vont permettre aux scientifiques de travailler, les originaux étant conservés désormais au ministère égyptien des Antiquités.

Reportage : G. Fraize / J. Gosset / X. Chatel

D’autres découvertes à venir

Autre intérêt de cette découverte, les archéologues français ont constaté que les deux sarcophages étaient bien plus vieux que la tombe qui les abritait. "Les gens qui ont construit cet énorme monument funéraire ont dérangé, probablement même détruit des tombes plus anciennes, mais ont néanmoins préservé les occupants de ces tombes", précise l’archéologue. Autre indice, les deux momies retrouvées en relativement bon état étaient emballées dans des linceuls assez comparables alors qu’elles ne datent pas de la même période.

L’équipe strasbourgeoise est rentrée en France et prépare déjà une prochaine campagne de fouilles pour l’an prochain, avec la certitude de faire d’autres découvertes dans cette nécropole qui est loin d'avoir livré tous ses secrets. 
La modélisation en 3D des sarcophages et du lieu où ils ont été trouvés va permettre aux archéologues d\'étudier et de documenter leurs découvertes, en attendant la prochaine campagne de fouilles l\'an prochain. 
La modélisation en 3D des sarcophages et du lieu où ils ont été trouvés va permettre aux archéologues d'étudier et de documenter leurs découvertes, en attendant la prochaine campagne de fouilles l'an prochain.  (culturebox - capture d'écran)