"Elle en jette, cette maison" : un Français veille sur la dernière demeure de Napoléon à Sainte-Hélène depuis 36 ans

Alors que la France commémore le bicentenaire de la mort de Napoléon, ce mercredi, franceinfo dresse le portrait d'un homme qui a choisi de vivre à Sainte-Hélène, petite île perdue dans l'Atlantique où l'Empereur est mort en exil.  

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Michel Dancoisne-Martineau devant la dernière résidence de Napoléon, en mars 2015.  (JEAN LIOU / AFP)

D'autres auraient renoncé à poser leurs valises sur ce territoire désolé. Michel Dancoisne-Martineau a choisi de s'installer à Sainte-Hélène, petit rocher situé à en plein Atlantique Sud, à 2 000 kilomètres de la Namibie, la côte la plus proche. C'est sur ce caillou cinq fois plus petit que le Territoire-de-Belfort que Napoléon est envoyé par les Britanniques après sa dernière défaite, à Waterloo. Et c'est là qu'il est mort le 5 mai 1821, après plus de cinq ans d'exil. 

Depuis plus de 30 ans, un Français, consul honoraire de France et directeur des domaines nationaux de Sainte-Hélène, est chargé de veiller au respect de la mémoire de Napoléon et au bon entretien des lieux, alors qu'on commémore mercredi 5 mai le bicentenaire de la mort de l'empereur.

>> Héritier de 1789 ou esclavagiste, stratège brillant ou guerrier sanguinaire... Faut-il commémorer Napoléon ?

L'île de Sainte-Hélène ne compte que 4 500 habitants et ce territoire britannique se situe en plein Atlantique Sud. "A l'époque, on ne pouvait venir à Sainte-Hélène qu'en bateau. Il y avait 15 jours de mer depuis l'Angleterre, raconte en souriant Michel Dancoisne-Martineau à franceinfo, en se remémorant son arrivée. C'est cet isolement qui me plaisait beaucoup et surtout la vie en communauté fermée."

Quand il débarque sur l'île, en 1985, Michel Dancoisne-Martineau prévoit de ne rester en poste que trois ans. Finalement, 36 ans plus tard, il est toujours là. A son arrivée, il n'est pas familier de Napoléon mais il rattrape vite son retard, grâce aux dizaines d'ouvrages qu'il trouve sur place. "J'ai commencé à éplucher tous les documents d'archives. Ça me permet de répondre à toutes les questions qu'on me pose", explique-t-il.  

Avant que la crise sanitaire mette un coup d'arrêt au tourisme, 5 000 à 6 000 visiteurs foulaient chaque année le sol de Sainte-Hélène. Au programme : l'incontournable visite de la maison de Longwood, la dernière résidence de Napoléon, qui se trouve à 500 mètres d'altitude. Il s'agit d'une demeure modeste, malgré les apparences. "Elle en jette, cette maison, mais c'est purement de l'illusion. Cette maison n'était pas faite pour servir de logement à un général", note Michel Dancoisne-Martineau. 

Les travaux continuent à Longwood 

Les appartements de Napoléon comprenaient sept pièces avec une salle de billard, un salon, une salle à manger et une salle de bain. "Il y a toujours la baignoire en cuivre dans laquelle Napoléon passait des heures entières chaque jour", rajoute Michel Dancoisne-Martineau. Selon le consul, la plus belle pièce reste la bibliothèque. "Napoléon découvre ici les informations du reste du monde. C'est là que sont ouvertes les caisses de livres et de magazines que Napoléon va recevoir pendant toutes ces années d'exil." 

Depuis 36 ans, Michel Dancoisne-Martineau veille sur la demeure. Il est à la fois conservateur, jardinier, homme d'entretien. Il s'est juré de ne pas quitter les lieux avant d'avoir terminé les travaux et permis à Longwood de retrouver sa configuration du 5 mai 1821, quand Napoléon y a poussé son dernier souffle.

Le gardien de la maison de Napoléon à Sainte-Hélène : reportage de Sébastien Baer
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Histoire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.