Au marché aux puces de Saint-Ouen, une exposition "top secrète" est ouverte malgré le Covid-19

Une exposition sur les agents secrets de la Guerre froide est ouverte au grand public au marché aux puces de Saint-Ouen. Un millier de documents déclassifiés et ayant appartenu aux espions de l'Est sont présentés. Reportage. 

Article rédigé par
Camille Belsoeur - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'exposition "Les invisibles de la guerre froide : KGB et Stasi" rassemble un millier d'objets inédits issus de la guerre froide.  (FRANCEINFO)

C'est une exposition véritablement "top-secrète". À l'intérieur du marché aux puces de Saint-Ouen, qui reste ouvert pendant cette période d'épidémie de Covid-19, un millier d'objets de la guerre froide sont présentés au public. Les pièces exposées proviennent des services secrets soviétiques, le KGB, et des services secrets d'Allemagne de l'Est, la Stasi.

En flânant entre ces objets exhumés du passé, on se croit dans un film de James Bond. Un beau stylo est en réalité une arme que l'on peut charger discrètement pour éliminer un ennemi. Plus loin, une malette avec un double fond pour transporter des documents secrets est équipée d'un système d'auto-destruction. 

Au marché aux puces de Saint-Ouen, une exposition "top-secrète" est ouverte malgré le Covid-19

"Vous avez la photo du maître espion de la guerre froide"

L'exposition "Les invisibles de la guerre froide : KGB et Stasi", dont les pièces appartiennent à une collectionneuse privée qui a voulu rester anonyme, présente également des faux papiers et des photographies d'agents restés très secrets tout au long de la Guerre Froide. 

"Vous avez la photo du maître espion de la guerre froide puisqu'il a été traqué pendant plus de 20 ans par tous les services secrets occidentaux. Jamais personne n'a réussi à le photographier, jamais personne n'a pu révéler son identité. Vous l'avez ici en photo avec le chef de la Stasi", se félicite le commissaire de l'exposition. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.