Cet article date de plus de six ans.

Vidéo "L'Hermione" accueillie en fanfare par une petite foule enthousiaste à New York

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Hermione
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

La frégate, réplique de celle de La Fayette au XVIIIe siècle, est arrivée mercredi à New York, où elle doit participer à la fête nationale américaine du 4 juillet.

En fanfare et en chansons, applaudie par une petite foule enthousiaste, la frégate Hermione, réplique de celle de La Fayette au XVIIIsiècle, est arrivée, mercredi 1er juillet, à New York où elle doit participer à la fête nationale américaine du 4 juillet. Le majestueux trois-mâts, symbole de l'amitié franco-américaine, s'est amarré dans la matinée au Pier 15, au sud de Manhattan, non loin du pont de Brooklyn.

Plusieurs coups de canon ont salué son arrivée, avant que l'équipage, en tenue d'époque, entonne une série de chants de marin, salué par les "bienvenue à New York" des spectateurs.

Invitée d'honneur de la parade nautique

En 1780, le jeune marquis de La Fayette était venu à bord de L'Hermione apporter le soutien de la France aux insurgés américains contre l'Angleterre, un an avant la bataille décisive de Yorktown, à l'automne 1781. La copie conforme de L'Hermione, construite à Rochefort, en Charente-Maritime, avait quitté la France le 18 avril. Elle était arrivée sans encombres le 5 juin à Yorktown, sa première escale américaine, après une traversée de l'Atlantique de plus de 5 200 milles marins.

Après trois jours de festivités à New York, L'Hermione y sera, samedi, l'invitée d'honneur de la parade nautique organisée pour la fête nationale, célébrant la déclaration d'indépendance du 4 juillet 1776. Elle devrait y saluer la statue de la Liberté. Après les célébrations du 4 juillet, le célèbre trois-mâts reprendra sa route vers le nord, avec des escales prévues notamment à Greenport, Boston et Saint-Pierre-et-Miquelon, avant son retour en France le 10 août.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Hermione

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.