Des boutures de corail sur de la céramique pourraient sauver les récifs coralliens

Les premières boutures effectuées donnent des "résultats très encourageants".

Boutures de corail expérimentées à Limoges par l\'entreprise I. Ceram, 30 septembre 2019
Boutures de corail expérimentées à Limoges par l'entreprise I. Ceram, 30 septembre 2019 (GEORGES GOBET / AFP)

De la céramique pour sauver les récifs coralliens menacés d'extinction : une expérience originale, qui consiste à bouturer des coraux sur de la céramique, matériau neutre et non polluant, a été réalisée avec succès à l'aquarium de Limoges (Haute-Vienne).

L'expérience, réalisée avec I.Ceram, entreprise spécialisée dans les implants en céramique d'alumine, vient de donner des premiers résultats "positifs et très encourageants", a assuré à un correspondant de l'AFP David Branthome, directeur de l'aquarium.

Mieux que le PVC

"Partout dans le monde, on effectue des boutures de corail pour assurer sa reproduction", explique M. Branthome. "Comme une plante, on le fait pousser sur un support. Généralement on utilise du PVC, de la ferraille ou du ciment qui peuvent, à terme, être ingurgités par les poissons et pourquoi pas se retrouver dans nos assiettes. Nous avons essayé d'utiliser la céramique, matériau neutre, et c'est une réussite", ajoute-t-il.

Les premières boutures ont été faites le 19 avril. 10 jours plus tard, "les boutures étaient fixées et ancrées dans la céramique, ce qui est plus rapide que le PVC", selon M. Branthome.

La céramique remplace les os

Selon Eric Denes, directeur scientifique d'I.Ceram, "la céramique remplace les os. J'ai proposé cette idée, peut-être un peu farfelue d'utiliser ce matériau très résistant, poreux pour voir si le corail se développait dessus. C'est une réussite, ça marche", dit-il en précisant que "la céramique est totalement englobée, colonisée par le corail".

Pour l'instant, une quarantaine de boutures ont été réalisées sur céramique principalement de coraux durs : pavona, xenia ... et quelques coraux mous comme le sarcophyton.

Le rôle de la France dans la sauvegarde des coraux

La France, "seul pays au monde à être présent sur trois grands océans, le Pacifique, l'Atlantique et l'Indien, a clairement un rôle majeur à jouer" dans la sauvegarde des coraux, selon le directeur de l'aquarium.

"Elle est propriétaire de 10% des récifs coralliens à travers le monde. Créer un mini-récif corallien de toute pièce peut attirer 5 à 15 tonnes de poisson par km2", assure le directeur qui cite des chiffres de Coral Guardian, une association dédiée à l'étude et la conservation des récifs coralliens.

Les "coraux représentent 0,16% de la surface des océans mais hébergent 30% de la biodiversité marine. Leur disparition serait une catastrophe écologique", ajoute-t-il.

D'autres aquariums, celui du palais de la Porte dorée à Paris, de Brest, du cap d'Agde spécialisé dans la reproduction des coraux, ou Nausicaa, le plus grand d'Europe, à Boulogne-sur-Mer, seront mis à contribution pour effectuer des tests complémentaires.