Cet article date de plus de huit ans.

Clemenceau raconté par la caricature : 50 ans de vie politique française

Georges Clemenceau, par l’importance du rôle qu’il joua dans la vie politique de la IIIe République de 1870 à 1920, comme journaliste puis comme élu, fut une cible privilégiée pour la presse illustrée de l’époque. Le Musée national des Deux Victoires de Mouilleron-en-Pareds, en Vendée où il est né, propose une exposition dans les rues du village qui revient sur 50 ans de caricatures du Tigre
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Caricature de Clemenceau 
 (DR)
Reportage : B.Vioche, D.Le Floch, B.Maximos
Lui l’anticlérical, l’athée, l’orateur superbe et sans pitié, le tombeur de ministères, le défenseur des communards et des ouvriers qui devint le premier flic de France, puis le briseur de grèves et enfin le Père La Victoire, aura alimenté la verve des caricaturistes politiques pendant cinquante ans. 

Du portrait-charge hérité des années 1850 au dessin incisif et moderne de journaux comme "L’Assiette au beurre" apres 1900, l’exposition présente les différents procédés à l’œuvre dans les centaines de caricatures et dessins de presse français qui ont pris le Tigre pour cible.
La satire, la charge, la dévaluation sont en soi un indice de popularité et ça, Clemenceau le savait bien. C’est l’envers du grand homme que révèle la caricature, qui cherche à blesser, ridiculiser, rabaisser en s’attaquant à l’image de l’homme lui-même, plus ou moins cruellement selon qu’il s’agit de journaux favorables ou non.
Les caricaturistes représentaient souvent Clemenceau avec un revolver faisant allusion à ses talents de duelliste, mais aussi à la férocité qu’il mettait à abattre ses adversaires sur la scène politique. A droite, pendant l’affaire Dreyfus, le Tigre croqué en hyène.
 (DR)
Affiche de l'exposition
 (DR)
"Clémenceau croqué"
Exposition dans les rues de Mouilleron-en-Pareds (Vendée)
jusqu'en décembre 2014

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Patrimoine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.