Au Rajasthan, la splendeur retrouvée de Jaipur

C’est l’une des cités mythiques d’Inde. Chaque année Jaipur attire des centaines de milliers de touristes venus du monde entier admirer les joyaux architecturaux bâtis par les maharajas. Des édifices pour beaucoup en péril que les habitants ont décidé de sauver comme autant de témoignages de la courte mais riche histoire de la capitale du Rajasthan

Le Jal Mahal Palace de Jaipur au Rajasthan (Inde)
Le Jal Mahal Palace de Jaipur au Rajasthan (Inde) (MATTES RENÉ / HEMIS.FR)
Reportage : P.Monegier, A.Alvarez, N.Kumari, G.Singh

C’est une oasis aux portes du désert née de la volonté d’un homme, le maharaja Jai Singh II (1688-1743) qui décide de déplacer la capitale de son royaume d’Amber à la cité nouvelle de Jaipur à une dizaine de kilomètres de là.
 
La construction débute en 1727 et va durer quatre ans. Les descendants de Jai Singh II, n’auront de cesse de bâtir de magnifiques palais. Des trésors architecturaux qui aujourd’hui parsèment celle que l’on appelle la cité rose depuis qu’elle fut peinte en 1876 en prévision de la visite du prince Albert d’Angleterre, le rose étant un signe de bienvenue.

Le Palais des vents à Jaipur
Le Palais des vents à Jaipur (BORCHI-ANA / ONLY WORLD / ONLY FRANCE)

 
Et beaucoup de ces édifices ont été laissés à l’abandon par le gouvernement ou leurs propriétaires ne pouvant plus assumer l’entretien de ces immenses palais, comme le fameux Jal Mahal Palace bâti au milieu du lac.
 
Mais Jaipur est en train de retrouver ses couleurs grâce à ses habitants qui ne veulent pas voir disparaître une partie de leur histoire. Alors ils se substituent aux pouvoirs publics et commencent à restaurer eux-mêmes certains bâtiments.
 
Certains ont aussi choisi de sauver un patrimoine légué par leur famille en transformant une partie de leur palais en restaurant ou hôtel de luxe pour financer les travaux de restauration. 

Le Samode Palace reconvertit en hôtel dans le centre de Jaipur
Le Samode Palace reconvertit en hôtel dans le centre de Jaipur (Christophe Boisvieux / Hemis.fr )