Apt et le Luberon rêvent de décrocher le premier label "Capitale française de la culture" en 2022

Et si le pays d'Apt devenait capitale française de la culture en 2022 ? La ville et plus d’une vingtaine de communes voisines ont déposé leur dossier de candidature pour décrocher ce nouveau label déjà très convoité. Le ministère de la Culture va devoir départager vingt-neuf projets.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le pays d'Apt est candidat au label "capitale française de la culture" 2022. (CAPTURE D'ÉCRAN FRANCE 3 PROVENCE)

Le pays d’Apt et ses vingt-cinq villes et villages au milieu des magnifiques paysages du Luberon se verraient bien décrocher en 2022 le titre de capitale française de la culture. Un nouveau label créé par le ministère en octobre dernier et destiné à distinguer tous les deux ans le projet culturel d’une ville ou d’un groupement de communes, de 20 000 à 200 000 habitants.

Le pays d’Apt mise sur ses paysages, son patrimoine et ses nombreuses manifestations culturelles déjà existantes pour tenter de décrocher le titre. Pour Dominique Santoni, maire d’Apt, cette candidature est un signal fort : "C’est le moment de lancer cette candidature, pour montrer qu’un territoire rural, un territoire un peu isolé, peut aussi être un lieu d’innovation, un lieu d’expérimentation, un lieu de volonté. On table donc sur une candidature d’outsider, avec une vision un peu différente".

La Pays d'Apt capitale française de la culture 2022 ?

29 candidatures en lice

C’est un peu la bonne nouvelle dans ce marasme culturel, vingt-neuf projets (respectant huit critères) ont été déposés au ministère de la Culture au 31 décembre 2020, date limite des candidatures. Signe s’il en fallait de la vivacité et de l’engagement du monde culturel (et de bon nombre d’élus locaux) dans ce pays, malgré les immenses difficultés endurées depuis mars dernier. Dans le Luberon ou ailleurs, tous ces projets reflètent surtout l’envie de tourner la page, revenir à une vie normale où les arts et la culture retrouveraient toute leur place.

En attendant, départager ces 29 projets ne va pas être chose aisée. Brest, Roubaix, Sète, Colmar, Le Mans, Bourges ou encore Apt ? Et pourquoi pas une candidature d’outre-mer ? En tout, selon le site du ministère de la Culture, dix régions métropolitaines et trois régions ultramarines (la Martinique, la Guadeloupe et la Réunion) sont représentées. Dix candidatures proviennent de collectivités comportant entre 50 000 et 100 000 habitants, et onze de collectivités de moins de 50 000 habitants.

Courant février, le jury national nommé par Roselyne Bachelot réalisera, en collaboration avec les directions régionales des affaires culturelles et les directions des affaires culturelles d’Outre-mer, une présélection. Les candidates retenues seront auditionnés fin mars et l’on devrait connaître le nom de la lauréate dans la foulée. La première capitale française de la culture recevra un million d'euros de l'État pour mener à bien son projet. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.