A Guernesey, la maison de Victor Hugo retrouve l'esprit de son illustre propriétaire

D'août 1852 à septembre 1870, Victor Hugo a vécu à Guernesey. Cet exil est le plus long que l'auteur des Misérables a connu. Sur l'île anglo-normande, il habitera Hauteville House, une immense demeure qu'il modifiera pour pouvoir écrire face à la mer et qu'il aménagera selon ses goûts et ses engagements. L'édifice est aujourd’hui en cours de restauration.

Hauteville House, la maison de Victor Hugo pendant son exil à Guernesey 
Hauteville House, la maison de Victor Hugo pendant son exil à Guernesey  (ABECASIS/SIPA)
La maison que Victor Hugo habitait à Guernesey, Hauteville House, est un magnifique édifice dressé comme un promontoire. C'est là que, de 1852 à 1870, Hugo a passé chacune de ses journées d'exil à écrire. Il adjoindra même à la maison un belvédère fait de grandes baies vitrées qui lui permettra de travailler face à la mer, face aux éléments et le plus possible sous la lumière du ciel. Cette maison existe toujours, elle bénéficie aujourd'hui d'une restauration tout en douceur. Une grande partie de ces travaux a été financée par le mécénat, notamment à hauteur de trois millions d'euros par l'homme d'affaires François Pinault.

L'un des enjeux de cette restructuration : il ne faut pas que ce soit trop clinquant, il faut que ça garde le côté bricolé de Victor Hugo, le côté vif et la patine du temps. C'était un décorateur, mais un décorateur poète, il ne faut pas que ça soit trop parfait.

Gérard Audinet
Directeur des Maisons de Victor Hugo

 
C'est donc avec délicatesse et en respectant l'esprit que Victor Hugo avait conféré à l'édifice que ses élements sont restaurés. Pas de rénovation qui pourrait apparaître anachronique donc, mais une "remise dans son jus" tout à fait à propos. Au bout du compte, l'impression que le passionné de tables tournantes (c'était cependant à Jersey) pourrait réapparaître à tout moment. Son intérêt pour la photographie naissante fait que nous disposons d'images le montrant dans les lieux-mêmes. L'étrange sentiment que lui aussi a laissé derrière lui plus qu'un décor, une présence.

Reportage : France 3 J. de Mareuil, V. Lucas, L. Dulois, N. Pagnotta

Loin de Napoléon le petit

Les exils de Victor Hugo ont commencé en Belgique, se sont poursuivis à Jersey et se sont achevés sur l'autre île anglo-normande de Guernesey. C'est là, d'août 1852 à septembre 1870, que le plus grand écrivain de son siècle devait passer le plus de temps hors du territoire français mais surtout loin de ce Second Empire qu'il abhorrait et combattait de toute sa puissance littéraire et politique. Il avait été contraint à l'exil par Napoléon III, surnommé par ses soins "Napoléon le petit" dans un pamphlet publié en 1852.

En arrivant à Guernesey,  Victor Hugo a cinquante ans, il en aura soixante-huit quand il quittera ce dernier exil. Entre temps il y aura écrit quelques-uns de ses plus grands ouvrages : "Les Châtiments"", "Les Contemplations", "La Légende des Siècles", "Les Misérables", "Les Travailleurs de la mer" et "L'Homme qui rit".
Victor Hugo et ses petits-enfants à Guernesey en 1872 
Victor Hugo et ses petits-enfants à Guernesey en 1872  (Lee/Leemage)