Vivendi veut faire entrer Universal Music Groupe en bourse d'ici la fin 2021

La "major" dispose d'un catalogue comptant notamment les Beatles, les Rolling Stones ou encore Rihanna et Lady Gaga.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le siège d'Universal Music Group à Santa Monica, en Californie (Etats-Unis), le 9 février 2021. (VALERIE MACON / AFP)

Vivendi a annoncé, samedi 13 février, son intention d'introduire en Bourse à Amsterdam sa filiale Universal Music Group (UMG), d'ici la fin de l'année. Le géant français des médias veut distribuer 60% du capital d'UMG à ses actionnaires, sous forme de dividende exceptionnel. Basé à Santa Monica (Californie), Universal fait partie des "majors" dominant le marché mondial de la musique, avec la japonaise Sony et l'américaine Warner. Le groupe dispose d'un catalogue comptant notamment les Beatles, les Rolling Stones ou encore Rihanna et Lady Gaga.

"Les grands actionnaires institutionnels de Vivendi réclament depuis plusieurs années la scission ou la distribution d'Universal Music Group (UMG) pour diminuer la décote de conglomérat de Vivendi", a expliqué le groupe dans un communiqué. Le directoire de Vivendi s'était fixé une valorisation minimum de 30 milliards d'euros pour sa "major". C'est sur cette base que le géant internet chinois Tencent vient de monter à 20% du capital d'UMG, a-t-il remarqué, signalant également "la demande de nouveaux investisseurs à des prix potentiellement supérieurs".

"L'opération envisagée a reçu un premier accueil favorable du consortium mené par Tencent, avec qui la cotation sera étudiée", a souligné Vivendi. Il explique le choix de la Bourse d'Amsterdam par sa position "dans un pays où était implanté un des sièges historiques d'UMG". Le projet de distribution de 60% d'UMG sous forme de dividende exceptionnel sera soumis à un vote des actionnaires de Vivendi lors d'une assemblée générale exceptionnelle le 29 mars, a précisé le groupe français, contrôlé par l'homme d'affaires Vincent Bolloré.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.