Trente années de Victoires de la musique résumées en dix moments cultes

L'événement souffle sa 30e bougie, vendredi. Francetv info revient sur l'histoire de cette cérémonie à travers dix vidéos mémorables.

Alain Bashung reçoit une Victoire de la musique, à Paris, le 28 février 2009. C\'est sa dernière apparition publique. Il meurt le 14 mars 2009.
Alain Bashung reçoit une Victoire de la musique, à Paris, le 28 février 2009. C'est sa dernière apparition publique. Il meurt le 14 mars 2009. ( MAXPPP)

Les Victoires de la musique fêtent leurs 30 ans, vendredi 13 février. De la révélation -M- au sacre d'Alain Bashung en passant par le coup de gueule de Noir Désir, francetv info revient sur trois décennies de cette cérémonie à travers dix moments cultes.

1Alain Bashung, en 2009

Le chanteur remporte, cette année-là, trois récompenses avec son album Bleu pétrole, qui rencontre un succès populaire et critique. Affaibli et amaigri par un cancer du poumon qui le ronge depuis des mois, l'artiste le plus récompensé des Victoires de la musique (12 statuettes) ne se défile pas. Entouré de ses musiciens, il interprète Résidents de la République, l'un des titres de son dernier album. "Un jour je courirai moins. Jusqu'au jour où je ne courirai plus", chante-t-il. Des mots qui ont une résonnance particulière car c'est sa dernière apparition publique. Il meurt quelques jours plus tard, le 14 mars.


2Serge Gainsbourg, en 1990

Vanessa Paradis, Michel Sardou, Patrick Bruel et Laurent Voulzy interprètent La Javanaise. Une attention qui a visiblement touché le chanteur du Poinçonneur des Lilas

3Henri Salvador et Ray Charles, en 1996

Pour interpréter Le Blues du dentiste, Henri Salvador est accompagné au piano par le légendaire chanteur de Georgia. Résultat : une version franco-américaine inédite.

4Alain Souchon et Laurent Voulzy, en 1994

Les deux inséparables de la chanson française se retrouvent pour interpréter Foule sentimentale. Cette année-là, ce titre est couronné chanson de l'année. En 2005, il remporte la Victoire des Victoires qui consacre la meilleure chanson originale des vingt dernières années.

5Noir Désir, en 2002

Le groupe reçoit deux Victoires cette année-là : meilleur vidéoclip et meilleur album rock. C'est lors de la remise de cette récompense que Bertrand Cantat lit une lettre adressée à Jean-Marie Messier, PDG de Vivendi Universal, alors que Noir Désir est édité chez Barclay, un label Universal. "Nous ne sommes pas dupes de ton manège et si nous sommes tous embarqués sur la même planète, nous ne sommes décidément pas du même monde", lance le chanteur du groupe. Il souhaite ainsi dénoncer la politique économique des grandes multinationales et la récupération que la maison de disques fait du groupe.

6Johnny Hallyday, en 1994

Difficile de revenir sur les 30 ans des Victoires sans évoquer Johnny Hallyday. Cette année-là, il remporte le titre du concert de l'année pour son passage au Parc des princes. L'envie, qu'il chante en 1994, ne l'a visiblement pas quitté entre-temps. Johnny a encore été récompensé en 2014, recevant le titre de chanson de l'année pour 20 ans, écrite par Miossec.

7 -M-, en 1999

Matthieu Chédid ne reçoit rien cette année-là, malgré son tube Machistador. Mais dès 2000, il reçoit deux récompenses. Le début d'une longue série (toujours en cours). En effet, -M- fait partie des artistes les plus titrés de l'histoire des Victoires avec neuf statuettes, autant que Johnny Hallyday et Alain Souchon, mais moins que le recordman de la cérémonie, Alain Bashung (12 récompenses).

8MC Solaar, en 1992

Après la sortie de son album Qui sème le vent récolte le tempo, en 1991, il est sacré meilleur artiste de l'année. Par la suite, le rappeur devient un habitué de cette cérémonie avec un doublé en 1995 et un autre sacre en 2008.

9Les Rita Mitsouko, en 1990

Parmi 250 titres, Marcia Baila est sacrée deuxième meilleure chanson française de la décennie 1980-1990. Pendant que le duo interprète son tube, Catherine Ringer perd une dent (vers 4'45''). La dent se déchausse, la chanteuse se tourne et la récupère discrètement dans la main gauche. Notez l'étonnement et le mouvement de sourcils de son camarade guitariste Fred Chichin (vers 5'05'').

10Saez, en 2001

Avec son premier album Jours étranges, Damien Saez est nommé dans la catégorie révélation de l'année. Avec son groupe, il joue un "medley" ("pot-pourri") mêlant Thank You de Dido, Solution, de son album à venir God blesse, et finit par Jeune et con, son premier single. "Trop de merde à la télévision !", lance notamment l'artiste.