L'édition 2020 de Rock en Seine n'aura pas lieu : le dernier grand festival de l'été est reporté à 2021

Le festival qui était programmé fin août-début septembre sur le Domaine national de Saint-Cloud est reporté à l'an prochain. Les organisateurs réfléchissent néanmoins une "alternative" symbolique pour cette année.

Le guitariste Johnny Marr, vendredi 23 août 2019 sur la scène 4 Vents de Rock en Seine.
Le guitariste Johnny Marr, vendredi 23 août 2019 sur la scène 4 Vents de Rock en Seine. (OLIVIER HOFFSCHIR)

Dernier grand raout musical de l'été en France programmé fin août-début septembre en région parisienne, l'édition 2020 de Rock en Seine a été reportée à 2021 en raison des contraintes liées à la pandémie de coronavirus, ont indiqué mardi les organisateurs.

Ce rendez-vous qui était prévu sur trois jours, les 29 et 30 août ainsi que le 1er septembre, avait réuni l'an passé près de 100.000 personnes au Domaine national de Saint-Cloud.

Rage Against The Machine était la tête d'affiche

La tête d'affiche-évènement annoncée pour 2020 était Rage Against The Machine, groupe américain iconique de la fusion rap-metal qui a annoncé en janvier sa reformation pour une tournée, elle même reportée, après huit ans de pause. Rock en Seine avait obtenu l'exclusivité pour la France.

Excepté le duo de rap américain Run The Jewels prévu en première partie de Rage Against The Machine, aucun autre artiste ou groupe n'avait encore été annoncé pour cette édition 2020.

Les organisateurs réfléchissent à une "alternative"

Le festival indique que les détenteurs de billets pour 2020 "auront le choix de se faire rembourser. La possibilité de conserver son billet en attendant l'annonce de la programmation pour 2021 sera également possible." Les modalités seront précisées sur le site de Rock en Seine dans les jours prochains.

"Nous ne renonçons pas à imaginer, penser et organiser un acte culturel et musical fort, symbolique et singulier" pour "porter un message d'optimisme et de combat"autour des dates prévues au départ, indiquent encore les organisateurs du festival, qui assurent "commencer à travailler sur cette alternative".

"Est-ce que ça pourrait être une soirée exceptionnelle? Il est encore trop tôt pour dire quelle forme cela pourrait prendre, et si même cette initiative pourra voir le jour", répond le président du festival Emmanuel Hoog. "Ce sont les conditions sanitaires qui le diront. Nous sommes des organisateurs avant tout responsables et la santé de tous reste notre priorité, nous ne prendrons aucun risque", conclut-il.

Dès mi-avril, les principaux festivals de musique ont renoncé à leur édition 2020 à tour de rôle. Les Vieilles Charrues (prévues du 16 au 19 juillet, 270.000 spectateurs l'an passé), les Francofolies (10-14 juillet, 150.000), les Eurockéennes (2-4 juillet, 128.000), le Main Square (3-5 juillet, 115.000), les Nuits de Fourvière (2-31 juillet, 190.000), Art Rock, Garorock, Europavox, Marsatac, Musilac ou encore Jazz à Juan et Jazz à Vienne ont ainsi jeté l'éponge. Le Printemps de Bourges, le Hellfest, le Lollapalooza et Solidays les avaient précédés.