La tournée de reformation de Rage Against The Machine passera par Rock en Seine cet été

Le mardi 1er septembre, le groupe américain enragé emmené par Zack de la Rocha se produira en exclusivité française au festival Rock en Seine.

Le chanteur de Rage Against The Machine Zack de la Rocha sur scène au festival de Leeds (G-B) le 23 août 2008.
Le chanteur de Rage Against The Machine Zack de la Rocha sur scène au festival de Leeds (G-B) le 23 août 2008. (PHOTOSHOT / HULTON ARCHIVE / GETTY IMAGES)

Le groupe américain Rage Against The Machine, qui a annoncé en janvier sa reformation pour une tournée après huit ans de pause, donnera un seul concert en France cet été. Et c'est le festival francilien Rock en Seine (29, 30 août et 1er septembre 2020) qui a décroché la timballe de l'exclusivité. 

Concerts inflammables

Connu pour sa fusion rap métal ultra énergique, ses positions politiques très à gauche et ses concerts inflammables, le groupe sera en concert unique à Rock en Seine le mardi 1er septembre. Le duo de rap américain engagé Run The Jewels assurera la première partie, comme sur l'ensemble de la tournée.

Cette "réunion très attendue sur scène prend tout son sens cette année 2020, frappée par une instabilité politique mondiale rythmée par des mouvements de révolte bouillonnants ici et là sur la planète", souligne le festival dans son communiqué de presse.

Rage Against The Machine joue Testify à Finsbury Park (G-B) en 2010

Une petite tournée européenne après l'Amérique du Nord

Emmené par le chanteur Zack de la Rocha et par le guitariste Tom Morello, le quatuor Rage Against The Machine débute sa tournée par les Etats-Unis dès le 26 mars avec deux dates très attendues les 10 et 17 avril au festival Coachella, qu'ils avaient étrenné en 1999. Une petite tournée européenne suivra avec des haltes prévues notamment à Reading, Berlin, Prague et Vienne, en plus de Rock en Seine.

Pour le festival parisien il ne s'agit pas non plus d'une première : en 2008, Rage Against The Machine s'était produit en exclusivité à Rock en Seine et la pelouse du Domaine national de Saint-Cloud s'en souvient encore : une heure de trente de rock tendu et rageur, sur fond d'étoile rouge géante où avaient défilé les hits furibards Killing in The Name, Guerilla Radio ou War Within a Breath. Mais aussi Bombtrack et son allusion choc au centre de détention américain de Guantanamo, avec bruits de sirènes et irruption des musiciens vêtus du costume orange des détenus et coiffés d'un sac sur la tête. 

Rage Against The Machine joue Killing in the name à Finsbury Park en 2010