Meurtre du rappeur américain Nipsey Hussle : la violence, une fatalité dans le rap américain ?

La mort du rappeur californien Nipsey Hussle, abattu à bout portant dimanche à Los Angeles par un homme encore en fuite, met une nouvelle fois en lumière la culture de violence imprégnant les rues américaines mais aussi l'imagerie du rap. Une violence dans laquelle Hussle avait grandi et qu'il entendait désormais combattre.

Hommages au rappeur Nipsey Hussle tué le 1er avril 2019 à Los Angeles
Hommages au rappeur Nipsey Hussle tué le 1er avril 2019 à Los Angeles (DAVID MCNEW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)
Pour certains, la mort du musicien de 33 ans s'inscrit dans la lignée des fusillades des années 1990 dans lesquelles sont tombées de nombreuses stars du hip-hop, comme Tupac Shakur et Notorious B.I.G. Autant de musiciens talentueux, issus de quartiers défavorisés et souvent associés à des gangs, abattus dans la fleur de l'âge, dont Nipsey Hussle ne serait que le dernier en date ?

"La pauvreté et les zones défavorisées, voilà ce qui génère la violence, pas la musique"

"La musique n'a rien à voir avec ça", conteste Najee Ali, militant des droits de l'Homme en Californie. "La pauvreté et les zones défavorisées, voilà ce qui génère la violence, pas la musique", martèle-t-il.

Les éloges funèbres, de stars comme Beyonce, Kendrick Lamar, Drake et Cardi B ou d'anonymes l'ayant fréquenté dans son quartier de Crenshaw, dans le sud de Los Angeles, insistent en effet beaucoup sur son engagement au sein de sa communauté. Et tous déplorent les fusillades qui déciment régulièrement les jeunes hommes noirs aux Etats-Unis, Nipsey Hussle comme les autres.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

I’m praying with every ounce of my heart for your family. Rest In Peace, Nipsey.

Une publication partagée par Beyoncé (@beyonce) le

"C'est dangereux d'être un homme noir"

"Ca fait mal", écrit ainsi sur Instagram le rappeur new-yorkais Nas. "C'est dangereux d'être un MC. Dangereux d'être un joueur de basket. C'est dangereux d'avoir de l'argent. Dangereux d'être un homme noir." "C'est enraciné si profondément. C'est pas facile de changer ça. Dur de changer quoi que ce soit quand les gosses continuent à vivre dans la pauvreté", affirme-t-il.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

We are at a great loss today. This hurts. Straight to the point. It’s dangerous to be an MC. Dangerous to be a b-ball player. It’s dangerous to have money. Dangerous To Be A Black Man. So much hatred. We live like our brothers and sisters in third world countries live. Right in America. Decisions we make about our own life be based on decisions cuz we might not live. Its so deep rooted. It’s not a easy fix. Hard to fix anything when kids are still living in poverty. I ain’t shutting up though, Nipsey is a True voice. He will never be silenced. He still is A stand up General for the People who never left his people. He is Loved by the people. Prayers for his family. Let’s keep pushing Truth for The Man. Love You King Nipsey Hussle/ Ermias Asghedom Respectfully, Nasir Jones

Une publication partagée par Nasir Jones (@nas) le

"Une immense pression pour acquérir de la crédibilité via des actes violents"

Pendant des décennies, le public a associé le rap aux gangs. A ses débuts, le hip-hop de la côte ouest des Etats-Unis s'est beaucoup développé sur les territoires des gangs, mettant en mots et en musique le dénuement et l'injustice sociale qui frappaient de nombreux quartiers dans les années 1980. La décennie suivante a assuré le succès du "gangsta rap" et ses textes faisant l'apologie des armes à feu, de la drogue et du machisme, avec des chefs de file comme Snoop Dogg, connu pour être un membre du gang des Crips.

"Le rap est un genre musical qui exige une grande authenticité de la part de ses artistes", explique Geoff Harkness, sociologue au Rhode Island College et spécialiste du hip hop. "Même pour des musiciens de rap qui n'ont pas d'intérêt ou de lien avec la violence, il existe une immense pression pour acquérir de la crédibilité via des actes violents", dit-il à l'AFP.

Voici moins d'un an, XXXTentacion, jeune rappeur de Miami réputé pour ses textes sombres, était lui aussi abattu. Sa courte vie avait été émaillé d'épisodes particulièrement violents, au diapason avec les stéréotypes trop souvent encouragés par l'industrie du disque, estime M. Harkness. "Les maisons de disques et les médias récoltent des fortunes en poussant de jeunes hommes noirs, souvent pauvres, à jouer sur leur passé criminel, voire à s'en fabriquer un, pour vendre davantage", assure le spécialiste, qui tient aussi les rappeurs pour "complices" de ce phénomène.

"Nipsey était notre prince noir"

Comme beaucoup d'autres avant lui, Hussle appartenait à un gang, celui des Crips et sa musique rappelait le gangsta rap des débuts. Mais ces dernières années, l'artiste s'était engagé pour combattre la violence à Los Angeles. Le lendemain de son meurtre, Hussle devait même rencontrer des responsables de la police pour discuter avec eux des moyens d'endiguer les actes des gangs et en éloigner les jeunes.

Hussle, né Ermias Asghedom, et d'origine érythréenne, avait investi dans son quartier de Crenshaw et c'est devant son magasin de vêtements qu'il a trouvé la mort. "Ce n'était pas seulement un rappeur", relève Najee Ali. "Nipsey était notre prince noir qui avait surmonté l'adversité et la vie dans le gang pour devenir un artiste nommé aux Grammy Awards, et l'un de nos leaders les plus influents dans la communauté", dit le militant. "Il aurait pu facilement déménager pour une propriété sécurisée. Il a fait le choix de rester".

Bousculade lors de la veillée pour Nipsey Hussle

Au moins six personnes ont été blessées lundi soir lors d'une bousculade ayant éclaté durant une veillée funèbre organisée à Los Angeles pour le rappeur, a-t-on appris auprès des secours. Plusieurs centaines de personnes s'étaient rassemblées pour rendre hommage au rappeur près de l'endroit où il a été tué par balles. Pour une raison encore inconnue, une bousculade a éclaté peu après 20h00 (03h00 GMT) dans laquelle plusieurs personnes ont été blessées, dont au moins deux sérieusement, selon les pompiers de Los Angeles qui les ont transportées à l'hôpital.