Coronavirus : Grand Corps Malade slame "Effets secondaires", un nouveau titre au profit des hôpitaux

Le slameur de Saint-Denis Grand Corps Malade livre ses réflexions sur la crise du coronavirus dans un slam au profit de la Fondation Hôpitaux de Paris, Hôpitaux de France.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Fabien Marsaud, dit Grand Corps Malade, slameur, à Paris en mars 2018. (IBO / SIPA)

Le slameur handicapé Grand Corps Malade a pris la plume depuis son appartement de Saint-Denis où il est confiné en famille pour cause de coronavirus, et a écrit Effets Secondaires, un titre dans lequel il livre ses réflexions face à la situation actuelle, sur une musique de Mosimann.

"En ces temps confinés on s'est posés un peu, loin des courses effrénées on a ouvert les yeux. Sur cette époque troublée. Ça fait du bien parfois, se remettre à penser même si c'est pas par choix. Alors entre les cris d'enfants et le travail scolaire, entre les masques et les gants, entre peur et colère, voyant les dirigeants flipper dans leur confuse gestion, en ces temps confinés on se pose des questions", rime-t-il en introduction.

L’intégralité des revenus de ce morceau sera reversée à l’hôpital Delafontaine de Saint-Denis (93) et l’hôpital François Quesnay de Mantes la Jolie (78) via la Fondation Hôpitaux de Paris - Hôpitaux de France. Lundi, la vidéo postée à la veille du week-end avait été vue plus de 900.000 fois.


Hommage aux "transparents de la République"

Enfant de Saint-Denis, Fabien Marsaud alias Grand Corps Malade questionne dans son texte les racines et les conséquences de cette crise sanitaire et rend hommage aux "transparents de la République" et à l'hôpital, qui criait au secours depuis des mois avant l'arrivée du Covid-19.

"Bien avant le corona l'hôpital suffoquait, il toussait la misère et la saturation", rappelle-t-il. "Nos dirigeants découvrent qu'il y a lieu d'être inquiets, maintenant qu'il y a la queue en réanimation."

"Et si ce virus nous montrait qui sont les vrais héros, ceux qui trimaient déjà dans nos pensées lointaines, ce n'est que maintenant qu'ils font la une des journaux, pendant que le Cac 40 est en quarantaine", slame-t-il. "On se découvre soudain semblables, solidaires, tous dans le même bateau pour affronter le virus. C'était un peu moins le cas pour combattre la misère, on était moins unis pour accueillir l'Aquarius."

Grand Corps Malade était en train de finaliser son nouvel album studio lorsque le confinement a été ordonné le 17 mars. L'album Mesdames est constitué d'une dizaine de duos avec des chanteuses et des actrices.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.