Après une pause, le rappeur Lomepal livre "Mauvais Ordre" : "Je ne voulais surtout pas refaire la même chose"

Après une tournée gigantesque en 2019, Lomepal, l’un des rappeurs les plus acclamés de ces dernières années, revient après une pause avec "Mauvais Ordre", son nouvel album.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Lomepal, le 14 février 2020, aux Victoires de la Musique, à Boulogne-Billancourt, le 14 février 2020. (ALAIN JOCARD / AFP)

Lomepal, après une tournée gigantesque en 2019 et des disques vendus par camions, sort son nouvel album, Mauvais Ordre. Après une pause devenue nécessaire pour lui, emporté par son immense succès, il s'est fait violence pour revenir avec quelque chose de nouveau et cohérent. La tournée qui s'annonce a de quoi donner le vertige, avec des Zénith d'Amiens à Strasbourg, en passant par Nantes, Toulouse ou Nancy, et surtout, trois Accor Arena de Paris les 28, 29 et 30 mars prochains. 

Trois ans plus tôt, fin 2019, alors que le monde ne connaissait rien encore au confinement, Lomepal achevait sa tournée des grandes salles. "J'avais envie que chaque date soit exceptionnelle, explique-t-il. Parce que je sentais que je n'étais pas loin de me retrouver dans une date un peu mécanique."

Après la pandémie, une réflexion et l'envie d'écrire de nouveau

Acclamé partout, le rappeur profitait du succès immense de son deuxième album, Jeannine, avant de tirer le rideau. Ensuite vint la pandémie, l'arrêt, le voyage, une réflexion profonde pendant une année et demie avant de réussir à écrire de nouveau. C'est ainsi que nait Mauvais ordre, son troisième disque, qui marque donc son retour avec son style particulier, encore plus musical, son rap contemporain, entre humour et dépression. Sauf qu'ici, Antoine Valentinelli, son vrai nom, a choisi la fiction.

"Je ne voulais surtout pas refaire la même chose, souligne Lomepal, mais plutôt prendre à contre-pied, avec plein de choix comme celui de ne pas raconter ma vie privée directement, de ne pas employer certaines tournures de phrases un peu immatures, que j'avais avant parce qu'elles ne me ressemblent plus. Donc forcément, il y a un truc de digestion de ce que j'ai vécu..."

"Je me suis rendu compte que ce qui m'inspirait, c'était cette quête d'identité, cette solitude, le déni, le fait de chercher, de se poser des questions, de se monter la tête tout seul. Tout cela a dessiné un personnage en marge et c'est ça qui me touchait."

Lomepal

à franceinfo

On le devine dans les textes et de toute façon, il ne le cache pas : la dépression guettant, Lomepal s'est posée 1 000 questions sur le succès, l'inspiration, l'image qu'il renvoie.

"Il fallait prouver que ma carrière avait un sens"

"Qu'est ce qui fait que je peux encore me faire kiffer ?, s'interroge Lomepal. Qui fait quoi ? On ne peut pas faire de musique sans être animé par un désir : pour certains, celui de rester populaire, d'autres celui de gagner de l'argent. Moi, ça a été de prouver dans la durée que ma carrière avait un sens et qu'elle ne s'arrêtait pas au moment où elle marchait au plus haut." Trois disques à 30 ans à peine, et Lomepal a déjà de quoi raconter, lui qui creuse son identité à chaque album, ne craignant jamais de dévoiler ses failles.

Le rappeur Lomepal livre "Mauvais Ordre" pour son retour - le reportage de Yann Bertrand
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Rap

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.