Cet article date de plus de huit ans.

Nirvana se reforme avec Paul McCartney au chant pour les sinistrés de Sandy

L'ancien membre des Beatles a joué un titre inédit avec Dave Grohl, Krist Novoselic et Pat Smear au Madison Square Garden de New York, hier soir.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Krist Novoselic, Paul McCartney et Dave Grohl interprètent "Cut Me Some Slack", le 12 décembre 2012 à New York. (LUCAS JACKSON / REUTERS)

MUSIQUES – L'image est inédite, et ne manquera pas de surprendre les fans des Beatles comme ceux de musique grunge. Le chanteur et compositeur Paul McCartney, ex-bassiste des Beatles, a invité sur scène les deux membres survivants du groupe Nirvana, qui s'est désagrégé en 1994 après la mort de son leader, Kurt Cobain. Les trois musiciens étaient sur la scène du Madison Square Garden, mercredi 12 décembre, à New York, à l'occasion d'un grand concert caritatif organisé pour recueillir des fonds pour les victimes de l'ouragan Sandy.

Paul McCartney, guitare à la main, a tenu un petit discours avant d'accueillir le batteur Dave Grohl et le bassiste Krist Novoselic. "Récemment, des mecs m'ont demandé de jouer avec eux, a-t-il dit. Ils m'ont dit que ça faisait des années qu'ils n'avaient pas joué ensemble. J'ai fini par comprendre que j'allais assister à la reformation de Nirvana", s'amuse-t-il, acclamé par la foule.

Dave Grohl, batteur du groupe, fait alors son apparition, très applaudi. Il est rejoint par Krist Novoselic, le bassiste, et Pat Smear, guitariste qui avait joué avec Nirvana puis les Foo Fighters, aux côtés de Grohl.


Les quatre hommes n'ont pas joué une chanson du répertoire de Nirvana, ni des Beatles, mais Cut Me Some Slack, un titre composé par Dave Grohl et Paul McCartney pour le documentaire  Sound City, réalisé par Grohl. "C'est la première fois qu'on le joue sur scène", a expliqué McCartney au Madison Square Garden. Cinq minutes plus tard, les membres de Nirvana quittent la scène, un large sourire sur le visage.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.