Paris : 5 000 danseurs amateurs au Grand Palais pour un grand bal du 14-Juillet

Pendant plusieurs semaines, ils ont suivi des séances de répétition afin d'être prêts pour le grand soir : jeudi 13 juillet, 5 000 amateurs vont danser sous la nef du Grand Palais à Paris.

Répétition pour le grand bal au Grand Palais, à Paris, en juillet 2017.
Répétition pour le grand bal au Grand Palais, à Paris, en juillet 2017. (NORA HOUGUENADE)

Plus de 5 000 personnes sont invitées à danser. Un grand bal, ouvert à tous, a lieu jeudi 13 juillet, à partir de 20 heures, sous la nef du Grand Palais à Paris. Ce grand bal célèbre l'esprit des bals du 14-Juillet. Il marque aussi le 50e anniversaire de la création Messe pour le temps présent, par le chorégraphe Maurice Béjart et le compositeur Pierre Henry, décédé le 5 juillet 2017. Des danseurs amateurs, âgés de 58 à 74 ans, vont présenter des variations sur un extrait de cette œuvre culte. 

Un mois de répétition 

À deux jours du grand soir, 12 femmes et un homme se sont entraînés à la Maison des arts de Créteil, sous la direction de la chorégraphe japonaise Kaori Ito. Au total, ils ont répété une douzaine de fois en un peu plus d'un mois. Si ces amateurs pratiquent tous une activité physique, la danse ne fait pas forcément partie de leur vie. "La plupart des gens n'ont jamais dansé, raconte la chorégraphe. Ils ne sont pas habitués à danser dans un groupe. Ce n'est pas évident pour eux d'écouter les ordres, et d'être guidé ou de guider."

Répétition pour le grand bal au Grand Palais, à Paris, en juillet 2017.
Répétition pour le grand bal au Grand Palais, à Paris, en juillet 2017. (ANNE CHEPEAU / RADIO FRANCE)

Une majorité de danseurs novices

Françoise, 74 ans, n'avait jamais fait de danse. Elle a eu une révélation, après avoir vu la création de Messe pour le temps présent par Béjart il y a 50 ans, lors du festival d'Avignon : "La révélation a été avant tout pour Béjart, avec ses yeux, sa musculature, son côté percutant. Il est impressionnant. L'art, quel qu'il soit, transcende. Tout cela fait qu'à mon âge, j'ai la patate. C'est une merveille cette coïncidence entre il y a 50 ans et le fait de pouvoir danser et être heureuse aujourd'hui." Béatrice, une autre danseuse d'un soir, a elle aussi un lien fort avec le ballet de Béjart : "J'étais petit rat chez Béjart, je suis rentrée en 1967. J'ai eu cette chance de voir ces spectacles à Bruxelles. Du coup, je renoue un peu avec mon enfance."

Répétition pour le grand bal au Grand Palais, à Paris, en juillet 2017.
Répétition pour le grand bal au Grand Palais, à Paris, en juillet 2017. (NORA HOUGUENADE)

Comme ces seniors, six autres groupes de danseurs amateurs, de tous âges et de toute l’Ile-de-France, ont répété plusieurs semaines sous la conduite de chorégraphes. Jeudi soir, au Grand Palais à Paris, sept variations des jerks de Messe pour le temps présent seront présentées simultanément devant 5 000 danseurs d’un soir, invités par ailleurs à entrer dans un bal.

Hommage à Pierre Henry

Le chorégraphe José Montalvo à l’origine de cet évènement y avait étroitement associé le compositeur Pierre Henry, décédé le 5 juillet. "C'est une grande tristesse parce qu'il devait donner le coup d'envoi de cet événément, raconte José Montalvo, Il était très enthousiaste et très attentif à ce projet. Je crois que ce qui l'amusait, c'était de savoir que des jeunes allaient danser sur cette musique. Et c'est vrai que ceux que nous avons rencontrés ne connaissaient ni cette musique, ni Pierre Henry." Ce grand bal, programmé de longue date, sera donc un bel hommage au compositeur.

Répétition pour le grand bal au Grand Palais, à Paris, en juillet 2017.
Répétition pour le grand bal au Grand Palais, à Paris, en juillet 2017. (ANNE CHEPEAU / RADIO FRANCE)
Répétition avant le grand bal au Grand Palais, à Paris - le reportage d'Anne Chépeau.
--'--
--'--