Cet article date de plus de deux ans.

Guerre en Ukraine : sous la pression, la grande soprano russe Anna Netrebko suspend ses concerts

La pression s'est accentuée ces derniers jours sur les épaules de la chanteuse russo-autrichienne Anna Netrebko. Si elle n'a pas ouvertement clamé son soutien au président russe, la soprano se refuse de commenter l'invasion russe en Ukraine.

Article rédigé par franceinfo Culture avec AFP
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min
La soprano russo-autrichienne Anna Netrebko le 7 décembre 2021 sur la scène de la Scala de Milan dans l'opéra "Macbeth", de Verdi (HANDOUT / TEATRO ALLA SCALA)

La célèbre soprano russo-autrichienne Anna Netrebko, qui fait l'objet de critiques pour une complaisance supposée envers le président russe Vladimir Poutine, a annoncé mardi qu'elle se retirait de la scène "jusqu'à nouvel ordre".

"Après mûre réflexion, j'ai pris la décision extrêmement difficile de renoncer aux concerts jusqu'à nouvel ordre", a-t-elle fait savoir via un communiqué publié par l'organisateur de l'une de ses prochaines représentations lyriques, River Concerts.

"Ce n'est pas le bon moment pour moi de me produire et de faire de la musique. J'espère que mon public comprendra cette décision", a-t-elle ajouté, dans une allusion à la guerre en Ukraine.

Sous la pression

Elle devait initialement se produire mercredi à la Philharmonie de l'Elbe de Hambourg mais son concert a été reporté à septembre 2022. Après la cité hanséatique, la chanteuse devait se produire en mars à la Scala de Milan puis à Zürich.

Âgée de 50 ans, la diva est apparue dans les plus grands opéras dont Rigoletto ou La traviata de Verdi, Les Capulets et les Montaigus de Bellini ou encore Guerre et Paix de Prokofiev.

En février 2014, elle avait été choisie pour interpréter l'hymne olympique lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Sotchi, en Russie.

A l'instar de son compatriote et chef d'orchestre Valery Gergiev, dont le positionnement pro-Poutine lui vaut depuis plusieurs jours des annulations de ses concerts en cascade, et son éviction de l'orchestre philarmonique de Munich, la pression sur ses épaules s'est accentuée ces derniers jours.

L'ambassadeur d'Ukraine en Allemagne, Andrij Melnyk, a ainsi appelé sur Twitter les spectateurs allemands à boycotter sa représentation de mercredi à Hambourg. L'Opéra d'État de Bavière a annoncé l'annulation de son concert en juillet.

Ambiguïté

Si elle n'a pas ouvertement clamé son soutien au président russe, il lui est reproché de s'être rendue à Donetsk en décembre 2015 pour y poser avec le drapeau des rebelles séparatistes pro-russes. Elle a aussi suscité la controverse lorsqu'elle a remis un chèque d'un million de roubles (environ 15.000 euros) au dirigeant ukrainien pro-russe Oleg Tsarev.

La diva s'est défendue en expliquant vouloir soutenir les arts et plus particulièrement l'Opéra de Donetsk auquel l'Ukraine a coupé tous ses financements.

Dimanche, Anna Netrebko s'était sur Instagram déclarée "opposée à cette guerre" avec l'Ukraine, mais sans prendre parti contre les dirigeants de son pays ou apporter clairement sa solidarité aux Ukrainiens.

"Il n'est pas juste de forcer les artistes, ou toute autre personnalité, à exprimer leurs opinions politiques en public et à dénoncer leur patrie. (...) Je ne suis pas une personne politique. Je ne suis pas une experte en politique. Je suis une artiste et mon but est d'unir les gens au-delà des clivages politiques", s'est défendue la chanteuse.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.