Fin de saison à l'Opéra de Metz : plongée dans les crépusculaires "Contes d'Hoffmann" d'Offenbach

Dernière oeuvre composée par Offenbach avant sa mort, les "Contes d'Hoffmann" viennent clôturer la saison lyrique de l'Opéra-Théâtre de Metz Métropole. Pour adapter ce grand opéra, le metteur en scène Paul-Emile Fourny a fait appel à Norah Amsellem, soprano française internationalement reconnue.

Les contes d\'Hoffmann - Norah Amsellem
Les contes d'Hoffmann - Norah Amsellem (France 3 / Culturebox / capture d'écran)

 Reportage : F. Rosaci / E. André / J-M. Nidercorn 

Dans les coulisses des "Contes d'Hoffmann"

L'adaptation orchestrée par Jacques Mercier et chorégraphiée par Laurence Bolsigner-May a nécessité deux années de travail intense. Mais le jeu en valait la chandelle. Paul-Emile Fourny, metteur en scène de la pièce, a eu très à coeur de valoriser le travail de l'ombre des équipes de l'Opéra-Théâtre de Metz Métropole: 

 

Cette maison est encore une maison qui a son savoir-faire et ses artisans. Pouvoir exploiter ces "Contes d'Hoffmann" qui partiront peut-être à l'étranger la saison prochaine, c'est aussi exporter ce savoir-faire des équipes de l'Opéra-Théâtre de Metz MétropolePaul-Emile Fourny, metteur en scène et directeur des "Contes d'Hoffmann"

 

Dans les coulisses des Contes d\'Hoffmann
Dans les coulisses des Contes d'Hoffmann (France 3 / Culturebox / capture d'écran)

Maquilleurs, costumiers, techniciens, régisseurs, elles sont nombreuses les petites fourmis à s'activer autour du spectacle. Le temps d'une soirée, la régisseuse de la pièce Pénélope Bergeret se transforme alors en grande prêtresse des coulisses. "Je suis le chef d'orchestre des coulisses. Je vérifie que tout le monde soit à son poste au bon moment et fasse son travail en temps et en heure", confie-t-elle. 

Quand l'opéra et la littérature se rencontrent

Le grand opéra d'Offenbach "Les Contes d'Hoffmann" est directement inspiré des déboires amoureux du poète Ernst Theodor Amadeus Hoffmann. L'histoire d'un écrivain romantique en quête de l'idéal féminin, quête éternellement déçue. Le personnage est ici interprété par Jean-Pierre Furlan. 
Jean-Pierre Furlan, une bouteille de vin à la main, interprète E.T.A Hoffmann
Jean-Pierre Furlan, une bouteille de vin à la main, interprète E.T.A Hoffmann (France 3 / Culturebox / capture d'écran)

Tout au long de la pièce, quatre femmes, quatre passions se succèdent : Olympia l'automate, Antonia la douce cantatrice, Giuletta la courtisane et Stella la diva. "Frôlant sans cesse le domaine du fantastique, cette oeuvre crépusculaire révèle la vraie profondeur de son compositeur et sa passion pour cette incroyable machine à rêves qu'est le spectacle..." A découvrir les 16, 18 et 20 juin au Théâtre-Opéra de Metz Métropole.