Le chanteur engagé Henri Tachan s'est éteint à 83 ans à son domicile d'Avignon

Admiré des grands noms de la scène française, l'artiste n'a pourtant jamais connu la célébrité d'un Jacques Brel ou de Serge Reggiani. Il s'est éteint à son domicile, près d'Avignon, dimanche 16 juillet.
Article rédigé par Juliette Pommier
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le chanteur Henri Tachan s'est éteint à 83 ans, dimanche 16 juillet, à son domicile près d'Avignon. (MAXPPP)

Son décès a été éclipsé par celui de Jane Birkin. Ce dimanche 16 juillet, le chanteur Henri Tachan est décédé à 83 ans, près d'Avignon. Acclamé par Serge Reggiani, Juliette Gréco, Pierre Perret et bien d'autres, il n'a pourtant jamais connu la même renommée. Son titre provocateur "Une pipe à pépé", tiré de son album En public (1982), dans lequel il défend la sexualité des personnes âgées, a marqué ses contemporains.

Repéré à Montréal par Jacques Brel

Né en 1939 dans une famille d'origine arménienne de l'Allier, Henri Tachan - Tachdjian de son vrai nom - s'est d'abord lancé dans des études d'hôtellerie avant d'embrasser une prolifique carrière de chanteur. Après une expérience de serveur au Ritz, il part pour Montréal, en 1962, où il est repéré dans un cabaret par un certain Jacques Brel.

De retour en France, l'artiste signe un premier disque, Les Mauvais Coups, chez Barclay, en 1965. La même année, il remporte le prestigieux Grand Prix de l'Académie du disque Charles Cros. En postface de l'album, Brel prédit une grande carrière au jeune débutant : "Le lion est lâché ! Écoutez-le rugir… Celui-là rugit fort et rugira longtemps".

Connu pour sa plume acérée, le chanteur n'a épargné personne dans ses textes : la police et l'Eglise, l'armée, les bourgeois réacs, les chasseurs, les beaufs... Celui qui n'avait pas sa langue dans sa poche déclarait au Monde en 2002 : "J’ai commencé sous de Gaulle, continué sous Pompidou, perduré sous Giscard, et sous Mitterrand j’ai été ignoré. C’était chouette, finalement, la censure, t’avais un ennemi. Aujourd’hui, je ne sais à qui m’adresser. Les multinationales ? Big Brother ?". Le chanteur a pourtant toujours refusé l'étiquette d'artiste engagé, qu'il mitraille en 1976 dans Ni gauche, ni centre, ni droite.

Très discret depuis la sortie de son dernier album, De la pluie et du beau temps (2007), son 18e, Henri Tachan était avant tout un poète, un chanteur à textes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.