Cet article date de plus d'un an.

Menacé, le chanteur Bilal Hassani annule son concert prévu ce mercredi dans une ancienne église à Metz

Son concert dans ce lieu désacralisé depuis des siècles était dénoncé par des mouvances catholiques locales et l'extrême droite. En cause, l'orientation sexuelle de l'ex-candidat à l'Eurovision.
Article rédigé par franceinfo Culture avec AFP
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min
Bilal Hassani pose sur le tapis rouge des NRJ Music Awards, à Cannes (Alpes-Maritimes), le 18 novembre 2022. (VALERY HACHE / AFP)

Le chanteur Bilal Hassani annule son concert prévu dans une ancienne église de Metz le mercredi 5 avril, annonce l'organisateur de l'événement, Live Nation. La décision a été prise "à la vue des menaces formulée à l'encontre de Bilal Hassani et de son public" dans le cadre de ce concert, explique le groupe dans un communiqué. 

Le concert de l'ex-candidat français à l'Eurovision faisait polémique au sein de mouvances catholiques locales en raison de l'orientation sexuelle du chanteur, porte-drapeau revendiqué de la communauté LGBT. Selon France Bleu Lorraine Nord, le collectif Aurora Lorraine a parlé d'une "menace" dont il faudrait "protéger" l'édifice, et a qualifié les personnes LGBT de "cancer sociétal".

"Profanation", prestations "pornographiques"

Tout est parti d'un message sur le blog du collectif Lorraine catholique, le 28 mars, criant à la "profanation" et appelant les "chrétiens fidèles" à une prière collective devant la salle de concert, l'ancienne église Saint-Pierre-aux-Nonnains. Estimant que les prestations du chanteur "ne sont rien d'autre que pornographiques", le collectif avait annoncé l'organisation d'un "chapelet de réparation", un rassemblement de 15 minutes avant le début du concert destiné à prier en vue de réparer les péchés.

Relayé sur les réseaux sociaux par plusieurs médias proches de l'extrême droite et des milieux identitaires, leur appel a été entendu et fait craindre des déplacements de militants qui pourraient dépasser le cadre du département, d'après les renseignements territoriaux. "L'un des plus vieux édifices religieux de France, maintenant destiné aux concerts acoustiques, doit-il subir cet outrage en pleine semaine sainte avant Pâques ? Revenez au bon sens !", a écrit la conseillère régionale Rassemblement national du Grand Est, Françoise Grolet, sur son compte Facebook, interpellant le maire de Metz, François Grosdidier (ex-LR).

Le maire dénonce "l'obscurantisme et l'extrémisme"

"Cette ancienne basilique, au sens romain et civil du terme et non chrétien, liée à des édifices d'eau et qui a vu se baigner nus les habitants de l'époque ne fut église que pour un court temps", a répondu François Grosdidier dans un communiqué. "Elle est désacralisée depuis plus de 500 ans et est devenue aujourd'hui une salle de spectacles fort appréciée des Messins et des artistes en tous genres". "Je suis un édile qui s'opposera toujours à l'obscurantisme et l'extrémisme quels qu'ils soient", a-t-il ajouté.

Face à la mobilisation contre la venue du chanteur, un second rassemblement soutenant l'événement était prévu à Metz, à 19 heures, à quelques centaines de mètres de l'église. Déclaré en préfecture lundi, à la différence du chapelet de réparation, il émanait notamment des sections locales de la Confédération nationale du travail et de Révolution permanente, rejoints par le Parti communiste ou des associations féministes messines comme La Grenade.

Le concert de Bilal Hassani affichait complet (90 places) sur les plateformes de vente. Les personnes ayant un billet pour ce concert sont invitées par l'organisateur à se rapprocher de leur point d'achat pour obtenir un remboursement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.