Le festival de Meaux victime de la réforme des rythmes scolaires ?

Muzik'Elles n'aura pas lieu en 2015. Le festival de musique de Meaux a été "suspendu" par Jean-François Copé, le maire de la ville. Une décision qu'il justifie notamment par la réforme des rythmes scolaires.

(Jean-François Copé, le maire de Meaux a décidé de l'annulation du festival de musique © Maxppp)

Cette "suspension" du festival Muzik'Elles, Jean-François Copé l'explique par "la baisse de dotation de l'Etat, à savoir 11 millions d'euros en moins sur 3 ans " pour sa ville. Et par "la réforme des rythmes scolaires qui coûte à la mairie 800.000 euros ".

 

Du coup, le festival qui a réuni environ 12.000 personnes l'an dernier et qu'il affectionne pourtant, on l'a vu plusieurs fois jouer du piano sur scène, passe à la trappe. Il n'aura pas lieu en 2015.  "On est obligé de rogner sur le fonctionnement ", estime Jean-François Parigi, le 1er adjoint en charge des finances. Mais au lieu de tout annuler, la mairie aurait pu réduire le budget, dénonce l'opposition municipale. Pour le chef de file socialiste Bastien Marguerite, c'est un coup politique : "Un budget ce n’est pas seulement des lignes administratives, un budget c’est un choix politique. Dire que tout est la faute de l’Etat, ce n’est pas vrai donc je conteste fortement ce choix d’annulation ".

Discret depuis l'affaire Bygmalion, Jean-François Copé fuit toujours les micros mais profite de ses délibérations de maire pour afficher son opposition au gouvernement.