Cet article date de plus de cinq ans.

Mort de France Gall : "Elle a survécu à toutes les modes"

La chanteuse France Gall, 70 ans, est morte dimanche des suites d'un cancer. L'inoubliable interprète de "Poupée de cire, poupée de son" représentait "une mode et une jeunesse qui était en train de s'émanciper" pour Jean-Bernard Hebey, ancien animateur radio de l'émission Salut les copains sur Europe 1. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
France Gall, le 17 janvier 1968, au Centre des nouvelles industries et technologies (CNIT) à Paris.  (STR / AFP)

"Elle a survécu à toutes les modes" : Jean-Bernard Hebey, ancien animateur radio de l'émission Salut les copains sur Europe 1, a réagi dimanche 7 janvier sur franceinfo à la mort de la chanteuse France Gall à l'âge de 70 ans.

"Ce n'était pas seulement une chanteuse. Elle représentait physiquement et de façon vestimentaire une mode et une jeunesse qui était en train de s'émanciper", et "permettait à une génération nouvelle de s'habiller différemment, de se coiffer différemment".

L'animateur radio l'a connue à ses débuts, dans les années 1960. "Là où elle a été extraordinaire, là où le papillon a pris son envol, cela a été avec Michel Berger", explique Jean-Bernard Hebey.

"On s'était rendus compte que France était une grande chanteuse, poursuit l'ancien animateur. Ça, personne ne le savait. On croyait que c'était seulement un petit phénomène pop, une petite bulle qui allait exploser sur les 45 tours, trois petits tours et puis s'en vont. En fait, pas du tout". "Michel Berger a été son Pygmalion", indique-t-il.

France est une "surviveuse". Elle a survécu à toutes les modes. Elle n'est jamais tombée dans cette espèce de nostalgie

Jean-Bernard Hebey

Sa comédie musicale Résiste "représente bien ce qu'elle était : un petit bout de bonne femme, qui avait la tête dure, du talent, et qui savait ce qu'elle voulait", conclut l'ancien animateur de radio.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Johnny Hallyday

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.