Cet article date de plus de deux ans.

Johnny Hallyday : les vidéos prises par Laeticia pendant l'enregistrement de son ultime album

Découvrez les coulisses de l'enregistrement de l'ultime album de Johnny Hallyday, "Mon pays, c'est l'amour", grâce à des vidéos jusqu'ici inconnues du grand public, car fournies par Laeticia Hallyday elle-même à l'occasion de la promotion. On y vit l'ambiance intime du studio et, mieux encore, Johnny entonnant du rockabilly dans sa voiture !
Article rédigé par
franceinfo Culture - franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Johnny Hallyday dans le livret de l'album "Mon pays c'est l'amour"
 (Mathieu César)
L'implication de Laeticia sur "Mon pays c'est l'amour" est constante, elle est très présente lors des enregistrements en studio. 
Johnny Hallyday et Laeticia en juillet 2016.
 (PATRICK KOVARIK / AFP)
C'est elle, en tant que "directrice de l'image", qui fait les choix forts autour de ce disque : titre, pochette, stratégie de communication. Elle s'investit aussi particulièrement dans la promotion. 

Moments intimes, les coulisses d'un évènement

A l'occasion de la sortie de ce dernier album, Laeticia a voulu partager certaines vidéos privées, prises d'un téléphone portable, où l'on voit et entend la rockstar en studio, pendant l'enregistrement de l'album ou même en voiture, alors qu'il s'amuse à reprendre des refrains. Des moments pleins d'émotion, regards sur les coulisses d'un événement - le dernier enregistrement - et sentiment d'assister à un moment intime, privilégié. 

Première vidéo, Johnny écoute avec Maxime Nucci, alias Yodelice, le premier titre de l'album, "J'en parlerai au diable". Il n'intervient pas, ce n'est que de l'écoute, concentrée. 
"J'en parlerai au diable" est une chanson importante : sur un rythme mid-tempo, la voix, claire, pure de Johnny se fait entendre: "Si jamais on me dit que j'ai trahi, alors je ne bronche pas. Le jour viendra de répondre de mes actes et je ne me cacherai pas". Il parle de sa dernière heure, avec ce refrain : "J'en parlerai au diable, si l'heure vient à sonner de m'asseoir à sa table et dire ma vérité".

Deuxième vidéo : "Quatre mètres carrés de poussière, c'est la dimension de l'enfer". On entend ce refrain de la chanson carcérale de Johnny. Un blues dans lequel Johnny chante d'une voix grave "J'ai des désirs d'alcool, de descente en sous-sol". Il prend du plaisir, cela s'entend en fin de morceau sur un "Ouais!" judicieusement conservé.

Rock'N'Roll

Le disque s'appelle "Mon pays c'est l'amour", mais est aussi un énième hommage au rockabilly. 
Dans cette troisième vidéo Johnny écoute le titre "Made in rock'n roll". "Johnny a conçu son album comme une setlist de concert", a expliqué Yodelice son compositeur-producteur. Sur cette adaptation d'un titre récent de JD McPherson "The good times roll", on reste dans le pur rock'n roll, dans ces sixties où le taulier était "l'idole des jeunes". Plein de vie et d'envie il chante: "Ce n'est pas le temps qui va user ma carcasse, le temps se lassera bien avant moi".


Et là voilà, cette chanson, "The good times roll", chantée par Johnny Hallyday... dans la voiture ! Du pur Johnny.

Un musée, une école de musique ?

Laeticia Hallyday a "plein de projets" pour perpétuer l'héritage de son mari, notamment le lancement d'un musée et d'une école de musique, "des projets qui tenaient à coeur" à Johnny, a-t-elle confié samedi sur RTL.

Elle a évoqué l'idée de la création d'un musée, et aussi d'une école de musique, mais sans pour autant donner de précisions sur leur conception, les lieux envisagés ou d'éventuelles échéances: "Je veux continuer à le faire vivre, continuer à faire vivre son art, sa passion... Un musée. (...) On a plein de projets avec toute son équipe. Un musée, une école de musique... Des projets qui lui tenaient à coeur de son vivant. On va essayer de construire cette école de musique. C'était son rêve, cette école de musique", confie-t-elle seulement dans cette interview.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Musique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.