Jim Stewart, le fondateur de Stax Records et découvreur d'Otis Redding, est mort à 92 ans

La maison Stax Records est devenue dans les années 60 et 70 une référence incontournable sur la scène musicale américaine.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
De gauche à droite, Otis Redding, Jim Stewart, Rufus Thomas Booker, T. Jones et Carla Thomas (assise, hors cadre) posent en 1967 après avoir enregistré le duo à succès "Tramp" dans lequel Carla et Otis chantent, chez Stax Records à Memphis, Tennessee (MICHAEL OCHS ARCHIVES / MICHAEL OCHS ARCHIVES)

Jim Stewart, producteur américain qui a cofondé avec sa sœur Estelle Axton la maison de disques Stax Records à l'origine du "Memphis sound" – "un son grave et plein d'âme" porté par des artistes comme Otis Redding, Isaac Hayes, Carla Thomas, Sam & Dave ou encore les Staple Singers –, est mort le 5 décembre. Il s'est éteint "paisiblement" à 92 ans, "entouré de sa famille"

"C'est avec une profonde tristesse que Craft Recordings et Stax Records annoncent le décès du fondateur de Stax Records, le directeur artistique et producteur Jim Stewart", indique le communiqué publié le 5 décembre sur le site du label. "Aujourd'hui, nous avons perdu un élément important de l'histoire de la musique américaine", a commenté Michele Smith, vice-présidente du Estate & Legacy Brand Management chez Craft Recordings et Stax Records. Stax et ses labels affiliés ont sorti 300 albums et 800 singles entre 1959 et 1975, selon le Rock and Roll Hall of Fame, rapporte Associated Press

"De la country au R&B, au jazz, au gospel"

 

Jim Stewart voit le jour à Middletown, dans le Tennessee, et s'installe plus tard à Memphis. Banquier, il finit par céder à sa passion pour la musique. Il se lance d'abord dans la country (le producteur joue alors dans un groupe) et fait ses enregistrements dans le garage de la femme de son oncle.

Avec sa sœur, Estelle Axton, ils lancent en 1957 le label Satellite qui deviendra plus tard Stax Records en 1961(Stax étant la contraction des premières lettres du nom du frère et de la sœur). "Alors que Satellite était plutôt un label de musique country, c'est à Stax qu'est né le 'Memphis Sound', un son grave et plein d'âme", rappelle-t-on dans le communiqué publié par Stax Records. 

"Tout au long des années 60 et 70, Stax, sous la direction de (Jim) Stewart, a développé les carrières d'Otis Redding, d'Isaac Hayes, de Carla Thomas, de Sam & Dave et des Staple Singers, parmi de nombreux autres artistes légendaires", poursuit le texte.

"Il y avait tellement de talent ici, dans des circonstances qui étaient presque considérées comme impossibles à Memphis, Tennessee, en 1960, compte tenu de la situation raciale ici ", confiait Jim Stewart à l'Associated Press lors d'un entretien en 2013.

L'agence américaine rapporte également que Stax est devenu un label soul et R&B après que le producteur américain a entendu Ray Charles chanter What'd I Say".  "J'ai été converti, immédiatement !", avait déclaré Jim Stewart. "Je n'avais jamais rien entendu de tel auparavant. Cela m'a permis de passer de la country au R&B, au jazz, au gospel, le tout enveloppé dans un seul et même disque. C'est ce qu'est Stax." Jim Stewart aura contribué à créer un espace artistique unique dans une Amérique vivant au rythme de la ségrégation raciale. 

Une indélébile empreinte 

A la fin des années 70, les coups durs se multiplient pour le légendaire label de Rhythm'n'blues. Il y a d'abord la mort d'Otis Redding et de quatre de ses musiciens en 1967. Puis, l'assassinat du pasteur et célèbre militant pour les droits civiques, Martin Luther King Jr., le 4 avril 1968 qui plonge Memphis dans la violence. Enfin, en 1975, Stax Records est contraint à la faillite involontaire.

En 1989, le studio est démoli, explique Associated Press. Il a été reconstruit depuis et pris la forme d'un musée, d'une académie de musique et d'une école à charte (école publique dont les règles de fonctionnement sont établis par une charte). Stax, rappelle-t-on sur le site de la maison de disque, reste l'un des labels de musique soul les importants "juste derrière Motown en termes de ventes et d'influence""En 15 ans, Stax a placé plus de 167 chansons sur le Billboard Hot 100 (et) 243 hits sur le chart R&B".

Jim Stewart "s'est tenu à l'écart du public après que Stax a cessé de faire de la musique", selon Associated Press. Son impressionnante contribution à l'histoire de la musique américaine a été notamment saluée par le Rock and Roll Hall of Fame qui lui a décerné le Ahmet Ertegun Award en 2002, un prix dédié aux professionnels de l’industrie musicale qui ne sont pas sur le devant de la scène. Par ailleurs, Stax est redevenu un label, au sein du groupe Concord, qui produit entre autres le multi-instrumentiste, auteur, compositeur et interprète américain Ben Harper

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Musique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.