Cet article date de plus de neuf ans.

La Journée du Jazz, rue des Lombards et à l'école de Dammarie-lès-Lys

La deuxième journée internationale du jazz, organisée le 30 avril, a rencontré un vif succès, à Paris comme à Lyon. Il faut dire que le genre ne séduit pas seulement quadras et quinquas nostalgiques. Les musiciens se renouvellent sans cesse et suscitent les passions chez les plus jeunes.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 

Le jazz n'est pas seulement le terreau de l'improvisation. Il s'apprend, aussi, pour acquérir techniques et références. C'est ce que propose le Centre des Musiques Didier Lockwodd (CMDL) à Dammarie-lès-Lys.

Le reportage d'Eric Cornet, Alexandre Dupont et Isabelle Brahy

Lyon à l'unisson
C'est l'Unesco qui, en 2012, a lancé la première journée internationale du jazz "pour valoriser son rôle diplomatique d'unir les gens dans tous les coins du globe". Lyon s'est lancée dans l'aventure car elle espère, comme Istanbul pour l'édition 2013, devenir l'hôte des célébrations internationales. Il faut dire que la région abrite un des plus grands festivals du genre : Jazz à Vienne. En 2012, 2.200 concerts de jazz ont été proposés en Rhône-Alpes. Ce mardi donc, une centaine d'artistes se sont réunis dans la métropole lyonnaise pour jouer devant tous les publics possibles.

L'engouement des Parisiens
Selon les organisateurs, quelque 2.500 personnes se sont inscrites à plus de 40 concerts et discussions gratuits. Quatre clubs parisiens, situés sur la rue des Lombards, au coeur de la capitale, ont été pris d'assaut durant cette journée. Au Duc des Lombards, le chanteur Gregory Porter a suscité l'enthousiame du public.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jazz

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.