La chope des puces fait école pour le Jazz manouche

"Mondine Garcia" a laissé son nom à l'école de Jazz manouche de la rue des rosiers à Saint-Ouen, installlée dans un lieu mythique pour les inconditionnels de cette musique, et où le guitariste avait ses habitudes : La chope des puces. 

La chope des puces fait école pour le Jazz manouche
La chope des puces fait école pour le Jazz manouche (Culturebox)

Pendant plus de cinquante ans, Mondine Garcia a régalé tous les week-ends les amoureux de jazz manouche qui se donnaient rendez-vous au coeur des célèbres puces de Saint-Ouen dans un estaminet baptisé "la chope des puces".
Le guitariste, qui se plaisait à raconter qu'il avait animé son premier bal à l'âge de 10 ans, venait s'y produire en compagnie de son fils "Ninine". Depuis décembre 2010, Mondine Garcia, qui a succombé l'année du centième anniversaire de la naissance de Django Reinhardt à une rupture d'anévrisme, est enterré au cimetière de Saint-Ouen. Ce guitariste hors-pair s'était également produit à l'occasion de défilés de haute-couture, animant les podiums de Cacharel ou de Christian Lacroix. La Chope qui a vu passé dans les années 30 le plus célèbre des guitaristes gitans, a connu des heures difficiles avant de renaître fin 2008 grâce à son nouveau propriétaire Marcel Campion. Outre l'école de musique manouche installée au premier étage de l'établissement, il souhaite y installer une lutherie et un studio d'enregistrement. Thomas Dutronc et Sanseverino ont été parmi les premiers à célébrer en musique la renaissance de ce lieu mythique de la culture parisienne underground.          

A voir aussi sur Culturebox :
- Le Trio Rosenberg invite Sanseverino à Jazz sous les Pommiers
- Christian Escoudé joue Brassens version jazz manouche
- Le festival de jazz d'Ajaccio fête son 10e anniversaire