Jazz sur Seine 2019 : du pass concert à la grande soirée showcases, 7 raisons de ne pas rater le festival francilien

La 8e édition du festival Jazz sur Seine se tient du 11 au 26 octobre dans vingt-cinq clubs de Paris et de sa banlieue. Objectif : donner au plus grand nombre l'occasion d'entendre du jazz en live, des groupes émergents aux artistes confirmés, via un système de pass concerts attractif, mais aussi sensibiliser les jeunes à cette musique.

Le trio Baa Box de la chanteuse Leïla Martial en concert au Bal Blomet, à Paris, le 28 mars 2019, avec Pierre Tereygeol (guitare) et Éric Perez (batterie)
Le trio Baa Box de la chanteuse Leïla Martial en concert au Bal Blomet, à Paris, le 28 mars 2019, avec Pierre Tereygeol (guitare) et Éric Perez (batterie) (ERIC BALEDENT / MAXPPP)

Jazz sur Seine, c'est tout simplement deux semaines de la majeure partie de la programmation jazz à Paris et en Île-de-France qui gagne en visibilité grâce à ce dispositif. L'édition 2019 de Jazz sur Seine démarre vendredi 11 octobre pour s'achever le samedi 26 octobre. Sa vocation : dresser une passerelle entre le monde du jazz et le plus large public possible, même celui qui semble actuellement hors d'accès. Découvrez sept raisons de vous pencher sur la programmation et les dispositifs de ce festival très spécial (à lire sous la vidéo teaser).

Vidéo : Paris Jazz Club

125 clubs impliqués, à Paris et en Île-de-France

Durant quinze jours, vingt-cinq clubs de Paris et des départements franciliens participent au festival sous l'égide du réseau Paris Jazz Club"À plusieurs on est plus forts, et surtout plus visibles", soulignait Vincent Bessières, président du réseau, lors d'une conférence de presse à Paris en septembre. "L'idée du festival, c'est de rappeler que les clubs sont un élément essentiel de l'écosystème du jazz. Ce sont des foyers de création, de vie, des laboratoires où les musiciens se rencontrent, échangent. Sans eux, le jazz ne serait pas le même. Il y aurait des concerts mais il y aurait peut-être moins de dynamisme et de création." Le nombre important de clubs impliqués profite évidemment à l'éclectisme de la manifestation : "L'une des caractéristiques de ce festival assez unique dans le jazz français, c'est qu'en termes esthétiques, c'est l'un des festivals les plus larges qui soient. Il est porté par les lieux, les clubs. Chacun ayant son identité, sa programmation, sa ligne, le festival reflète donc cette diversité."

2Une programmation internationale et éclectique

Pour illustrer cette diversité, voici quelques noms parmi tant d'autres. Côté artistes internationaux, il y a la chanteuse canadienne Kellylee Evans, le saxophoniste américain Steve Coleman, le pianiste israélien Shai Maestro, le guitariste brésilien Yamandu Costa, le contrebassiste américain Kyle Eastwood, le trompettiste américain Theo Crocker... Côté français, il y a les saxophonistes Géraldine Laurent et Guillaume Perret qui présentent de nouveaux projets, la flûtiste Naïssam Jalal (récente lauréate aux Victoires du Jazz), l'organiste Emmanuel Bex dans un programme blues, l'illustre batteur André Ceccarelli qui revisite la musique de West Side Story, le guitariste franco-vietnamien Nguyen Lê et son nouvel album Streams, la chanteuse Do Montebello et sa poésie humaniste, le pianiste Andy Emler qui fête en fanfare les trente ans de son ensemble MegaOctet... En tout, Jazz sur Seine propose à peu près 180 concerts impliquant quelque 450 musiciens.

3Un système de pass et une offre découverte à prix attractif

L'un des points forts de Jazz sur Seine, c'est son pass 3 concerts à 40 euros. "Le principe de ce festival, c'est qu'il est itinérant pour le public et que par la force des programmations proposées, on l'invite à venir découvrir des clubs qu'il ne connaît pas forcément", selon Vincent Bessières. Avec une contrainte : il faut choisir trois concerts qui aient lieu dans des lieux différents. Le festival propose par ailleurs une offre découverte à dix euros réservée aux étudiants, élèves de conservatoires et demandeurs d'emploi.

4Une soirée showcases en accès libre pour découvrir 18 artistes et groupes

Le temps fort de Jazz sur Seine, c'est la traditionnelle soirée Showcases qui a lieu cette année le mardi 15 octobre, parrainée par l'Adami. Entre 19H30 et 23H, dix-huit artistes et groupes - majoritairement - issus de la génération montante vont se succéder dans quatre clubs de jazz de la rue des Lombards (Sunset & Sunside, Baiser Salé, Duc des Lombards) et deux autres à proximité (Klub, Guiness Tavern) qui ne sont pas dédiés au jazz mais qui ouvrent ce soir-là leurs portes au festival. "C'est l'occasion pour nous de présenter des artistes qui sont des coups de cœur, qui viennent du terreau des clubs, qui ont des esthétiques très diférentes mais qui ont en commun de représenter la diversité du jazz actuel", selon Vincent Bessières. L'entrée est gratuite pour le public, avec un accès prioritaire pour les professionnels du jazz.

À l'affiche des showcases, figurent entre autres le violoniste Mathias Lévy, les chanteuses Ellinoa et Lou Tavano, le pianiste martiniquais Maher Beauroy, le trio Baa Box de la chanteuse Leïla Martial, le quartet Flashpig, le trio NEC du bassiste camerounais Étienne MBappé, le guitariste Hugo Lippi, le duo piano-batterie Obradovic-Tixier, la batteuse Julie Saury, la pianiste Leïla Olivesi, la chanteuse guadeloupéenne Tricia Evy, le saxophoniste franco-américain Plume... Le public pourra aussi entendre des vétérans prestigieux : ceux du formidable Tropical Jazz Trio.

5Des ateliers pour sensibiliser la jeunesse à Paris, Athis-Mons et Combs-la-Ville

Le festival Jazz sur Seine, qui nourrit une "ambition pédagogique", organise des "actions de sensibilisation" des enfants "si on veut que demain, il y ait encore des gens qui viennent écouter du jazz dans les clubs", comme l'a souligné Vincent Bessières lors de la présentation presse. Ces actions visent particulièrement "des enfants qui ne sont pas nécessairement exposés tous les jours à cette musique, qui vivent dans des zones pas forcément faciles". En partenariat avec le réseau Réussite éducative, des musiciens vont intervenir dans le 19e arrondissement de Paris (en l'occurrence le guitariste Hugo Corbin les 24-25-26 octobre), à Athis-Mons en Essonne (la chanteuse Cristina Vilallonga, 22-23-24 octobre) et Combs-la-Ville en Seine-et-Marne (le vibraphoniste Jacques di Costanzo, 21-22-23 octobre) afin de présenter le jazz, les instruments, sensibiliser de futurs musiciens...

6Trois mastersclasses dans des conservatoires parisiens

Le festival organise également une série de masterclasses pour les jeunes musiciens, en conservatoire, à Paris. Ces séances sont animées cette année par le pianiste catalan Albert Bover (au Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris, Pôle Musiques actuelles le 11 octobre, 14H-17H), la chanteuse Sofia Ribeiro (également au CCR, le 18 octobre, 14H-17H) et le contrebassiste Jacques Vidal (au conservatoire municipal Mozart, date incertaine).

7Un atelier de musicothérapie par le jazz

Dernière action culturelle, très spécifique, celle d'un atelier de musicothérapie par le jazz à destination de personnes souffrant de pathologies diverses. Après le succès d'une première expérience en 2017, l'association Paris Jazz Club reconduit l'opération dans le cadre du festival. Les pianistes Hervé Celcal et Rony Olanor vont intervenir aux "Activités thérapeutiques de France Parkinson" le 14 octobre à Paris, rue Marsoulan. Même si cet atelier est réservé à un nombre limité de personnes en souffrance, on ne demande qu'à voir ce type d'initiative se multiplier, car le jazz est définitivement prescriptible pour tous.

Festival Jazz sur Seine, du vendredi 11 au samedi 26 octobre 2019
Soirée 18 Showcases le mardi 15 octobre à partir de 19H30 dans six clubs du quartier des Halles, à Paris (Sunset & Sunside, Baiser Salé, Duc des Lombards, Klub, Guiness Tavern), en partenariat avec l'Adami. Entrée libre (accès prioritaire pour les professionnels)
> Infos concerts et réservations de pass
> Autres infos pratiques : 01 83 06 61 01 ou mail contact@parisjazzclub.net