George Benson, Diana Krall, Jamiroquaï... au programme du 59e Jazz à Juan

Le guitariste et chanteur américain George Benson ("Give me the night") et Steve Gadd, récompensé par un Grammy 2019, seront en ouverture du 59e Jazz à Juan cet été, pour une édition très funk, avec des jeunes talents et un détour par le rock progressif.

George Benson sur scène au Festival de Montreux en 2017
George Benson sur scène au Festival de Montreux en 2017 (JEAN-CHRISTOPHE BOTT / MAXPPP)
Jazz à Juan, qui bon an mal an, attire entre 20 et 30.000 spectateurs chaque année, fêtera ses 60 ans l'an prochain. "On est dans l'air du temps, c'est difficile aujourd'hui d'avoir Miles Davis ou Duke Ellington!! Donc il faut garder l'esprit d'un festival qui a presque 60 ans et amener ce qui est l'actualité. La première apparition de George Benson à Juan, c'est 1964", explique l'auteur du programme Jean-René Palacio.

Reportage de L. Verdi, J. Sallier, A. Chardon

"L'important pour moi, c'est que le jazz ne soit pas réservé aux spécialistes, d'ouvrir au maximum", confie Jean-rené Palacio, qui mise une nouvelle fois sur l'ambiance mythique de la pinède pour insuffler une ambiance estivale, à l'opposé d'un jazz intello réservé à une élite.

Snarky Puppy, Louis Cole, Diana Krall, Jamiroquai... 

"C'est à l'image du jazz d'aujourd'hui", assure-t-il en mettant en avant le jeune arrangeur et chef d'orchestre de Los Angeles, Louis Cole pour qui jazz rime avec liberté sans limite, ou le jeune groupe new yorkais Snarky Puppy (le chiot fou, en français) adepte d'un groove qui explose les frontières stylistiques.

Le blues de Ben Harper, le blues créole de Delgrès, la voix de Diana Krall, le son futuriste de Jamiroquai, le pop-jazz de Pink Martini, le rock progressif de King Crimson et le bouillonnant batteur Christian Vander avec son groupe Magma qui fête ses 50 ans seront également sur scène, parmi les 19 têtes d'affiches annoncées du 12 au 21 juillet.