Didier Lockwood, virtuose généreux et éclectique, en 12 moments musicaux

Au lendemain de la disparition de Didier Lockwood, dimanche à Paris à l'âge de 62 ans, plongeons-nous dans un voyage chargé d'émotions et de surprises dans le vaste univers musical du violoniste, constitué, outre le jazz et le rock progressif, d'explorations des musiques classique, brésilienne, indienne, de la chanson française... Nostalgie.

Didier Lockwood sur scène au festival de Montlouis-sur-Loire, le 15 septembre 2007
Didier Lockwood sur scène au festival de Montlouis-sur-Loire, le 15 septembre 2007 (Guillaume Souvant / Sipa)
De Stéphane Grappelli à Jacques Higelin, de Biréli Lagrène à Médéric Collignon, de Raghunath Manet à Claude Nougaro, de Magma à Michel Petrucciani, petit échantillon des styles musicaux et des innombrables rencontres artistiques qui ont jalonné la carrière de Didier Lockwood, décédé brutalement dimanche à Paris.

Du jazz : "Pent-Up House" de Sonny Rollins, avec Stéphane Grappelli (violon), Michel Legrand (piano), Patrice Caratini (contrebasse), Marc Fosset (guitare) en 1984

Du jazz encore, avec Médéric Collignon (cornet, voix), Antonio Farao (piano), Darryl Hall (contrebasse), Manu Katché (batterie) au festival Jazz in Marciac en 2014

Du jazz manouche : "Minor Swing" de Django Reinhardt et Stéphane Grappelli, avec le trio du guitariste Biréli Lagrène en 2010
On peut retrouver Didier Lockwood et Biréli Lagrène dans d'autres documents, comme celui avec le guitariste Stochelo Rosenberg et l'accordéoniste Richard Galliano dans une belle version de "Autumn Leaves" (la version jazz des "Feuilles mortes"), thème de Joseph Kosma, dans une vidéo amateur captée au festival de Strasbourg.

Du jazz en duo piano-violon : "Someday my Prince will come" (Frank Churchill), avec Michel Petrucciani
Signalons que l'Ina a posté lundi un duo télévisé entre Lockwood et Petrucciani, en hommage au violoniste disparu. Un échange sous le regard approbateur de Jacques Delors, diffusé sur France 2 en 1997.

Du jazz fusion : "KT" du guitariste américain Mike Stern, avec celui-ci en leader, Dave Weckl (batterie), Tom Kennedy (basse) au festival Jazz à Vienne en 2011

Du Bach : "Erbarme Dich Mein Gott", avec Caroline Casadesus (soprano), Thomas Enhco (piano), David Enhco (trompette), extrait de l'album "Le Jazz et la Diva" (2004)


Du Villa-Lobos : les "Bachianas Brasileiras" (la fameuse n°5) avec Caroline Casadesus (soprano), Thomas Enhco (piano), extrait de "Le Jazz et la Java" (2004)


De la musique indienne avec Raghunath Manet (danse) et Murugan (percussions) dans le spectacle "Omkara" à Lille en avril 2002


De la chanson française muée en jazz : "La Javanaise" de Serge Gainsbourg, avec Marcel Azzola (accordéon), Thomas Enhco (piano) aux Victoires du Jazz en 2006


De la chanson française mâtinée de rock : "Mon portrait dans la glace" de Jacques Higelin, avec l'auteur et Diabolo (harmonica), à Juan-les-Pins en 1986

On trouve aussi un document sonore de "Tête en l'air" de Jacques Higelin avec Didier Lockwood probablement lors du même concert.

De la chanson française : "L'Irlandaise", une chanson co-signée Didier Lockwood et Claude Nougaro en 1993

Il existe une version live de cette chanson captée pour "Taratata" en 1993.

Du rock progressif : en concert et en interview avec Magma, le 24 septembre 1975 à Toulouse. Didier Lockwood a alors 18 ans... Il s'exprime à partir de la 15e minute du document.