A Lyon, la baleine de l'ancien Muséum d'Histoire naturelle s'installe au Musée des Confluences

Les Lyonnais ont retrouvé leur baleine. Le squelette de ce rorqual commun avait été pendant cinquante ans l'une des pièces les plus admirées de l'ancien Muséum d'Histoire naturelle. Démonté lors de la fermeture de l’établissement en 2003, il vient d'être installé dans le Musée des Confluences. Suspendu, le squelette est désormais visible sous tous les angles.

L\'installation du squelette de la baleine au Musée des Confluences à Lyon.
L'installation du squelette de la baleine au Musée des Confluences à Lyon. (JEFF PACHOUD / AFP)
Voici une baleine flottant dans les airs, ou plutôt le squelette complet d'un rorqual commun, suspendu entre le premier et le deuxième étage du Musée des Confluences à Lyon dans une toute nouvelle scénographie permettant de le découvrir aussi bien du dessus que du dessous.

Les os du mammifère avaient dormi dans les réserves depuis 2003 : depuis leur démontage lors de la fermeture du muséum d'Histoire naturelle et le déménagement de ses collections, ensuite, au musée des Confluences ouvert en 2014.

L'histoire de la conservation de la baleine remonte à 1877...

Cet immense squelette (il pèse près de deux tonnes et demie et mesure dix-sept mètres de long) date du XIXe siècle. Avant d'être exposé à partir de 1954 au Muséum d'Histoire naturelle de Lyon, connu dans la capitale des Gaules sous le nom de musée Guimet, il a connu nombre de péripéties.

Tout commence en 1877 sur une plage corse où la baleine est retrouvée échouée. Le musée Guimet de Lyon l'acquiert l'année suivante, mais la taille du squelette empêche son exposition et il passe alors 75 ans dans des caisses avant de pouvoir enfin être présenté au public. Brève exposition puisqu'en août 1955, un an après sa mise en place, un orage de grêle défonce la verrière du musée, abime le squelette et inonde les collections. Le musée ne rouvrira qu'en 1962.

Reportage : France 3 Grand Lyon J. Sauvadon / S. Goldstein

La récente restauration du squelette

Avant de rendre la baleine au public lyonnais, il a fallu restaurer son squelette en assez mauvais état, à cause notamment du fameux orage de 1955. Un travail qui a pris sept mois et coûté 250 000 euros, une somme en grande partie financée par le mécénat. Sa nouvelle présentation a également nécessité un renforcement de certains os. Le squelette n'étant plus proposé sur un socle mais suspendu, un nouveau calcul de l'interaction des forces devenait inévitable. A défaut, la pièce risquait de s'abîmer, voire de se disloquer au fil du temps.

Le cétacé a retrouvé un de ses voisins du Muséum d'Histoire naturelle, le mammouth de Choulans, un squelette complet découvert en 1859 dans les entrailles de la colline de Fourvière, lors des travaux d'un tunnel ferroviaire.
Le mammouth de Choulans au musée des Confluences à Lyon
Le mammouth de Choulans au musée des Confluences à Lyon (MATTES RENÉ / HEMIS.FR / HEMIS.FR / HEMIS)

L'installation complète de la baleine du Musée des Confluences se terminera vendredi 29 mars. Toute la semaine, des manifestations sont organisées autour du thème des cétacés.