Folle journée de Nantes ouvre cette année ses "Carnets de voyage"

Rendez-vous hivernal de la musique classique, la Folle journée de Nantes se déroulera sur le thème des carnets de voyage avec quelque 300 concerts de mercredi à dimanche pour la 25e édition du festival qui attire des centaines de milliers de spectateurs.

Affiche de \"La Folle journée\" 2019
Affiche de "La Folle journée" 2019
La Folle journée de Nantes permet aux amateurs de découvrir de nouvelles oeuvres, puisque presque toutes les représentations s'enchaînent au fil de la journée, de 09h30 à 22H45, à la cité des Congrès de Nantes. Pensée au début des années 1990, une époque où "au niveau national et même international, il y avait une vraie chute du public" selon le fondateur et directeur artistique René Martin, la "Folle Journée" a conquis de nombreux mélomanes en redéfinissant les codes du concert classique.

L'idée d'une multitude de concerts, courts (45 minutes environ) et abordables (17 euros en moyenne) plaît. "Plusieurs concerts, autour d'un compositeur, dans une unité de lieu, avec un tarif unique: c'est le concept initial qui a depuis évolué évidemment", raconte la directrice de "La Folle journée", Joëlle Kerivin. A Nantes cette année, avec environ 50.000 spectateurs attendus lors des journées les plus denses du week-end, la programmation mise sur l'originalité avec Eitetsu Hayashi et ses percussions japonaises, la fanfare tzigane Ciocarlia ou encore Johnny Rasse et Jean Boucault dont les chants imitent ceux des oiseaux.

Liszt, Mendelssohn, Berlioz, Ravel, Tchaïkovsky, Dvorak

Après plusieurs éditions axées sur un compositeur classique, les organisateurs de la "Folle Journée" ont choisi cette fois de mettre en lumière des "grands voyageurs" comme Liszt, Mendelssohn ou Berlioz qui ont parcouru l'Europe à différentes époques. Des compositeurs dont la vie a été marquée par la mer --Nikolaï Rimsky-Korsakov, Albert Roussel, Antoine Mariotte et Jean Cras-- seront aussi à l'honneur. Le point commun de tous ces spectacles donnés à la cité des Congrès, mais aussi pour la première fois à la cathédrale de Nantes, sera donc cette année le voyage, dans la lignée de l'édition précédente qui abordait le thème de l'exil.

On retrouvera également des oeuvres de Tchaïkovsky, Maurice Ravel ou encore Antonin Dvorak. Et parmi les 2.000 artistes venus du monde entier, le violoniste franco-serbe Nemanja Radulovic, l'orchestre national symphonique du Tatarstan et le pianiste américain Bruce Brubaker seront au rendez-vous. Découvrez la sélection de Culturebox dans cette riche programmation.

"Eveiller la curiosité"

Un thème également présent dans le spectacle d'Anne et Yann Queffélec. "Le fait de notre lien fraternel sans doute ajoute à la sensation d'unité" entre le texte et la musique, promet l'interprète. Le principe de la "Folle Journée" est d'éveiller la curiosité, mais aussi de rendre accessible à un public, le plus large possible, les grands noms de la musique classique.

"A juste titre, dans les concerts traditionnels, les organisateurs vont souvent avoir peur de programmer des oeuvres que personne ne connaît, parce qu'ils ont peur que le public ne vienne pas", explique ainsi la pianiste Anne Queffélec, artiste fidèle de "la Folle Journée" qui propose cette année ce spectacle au côté de son frère, l'écrivain Yann Queffélec. 
La pianiste Anne Quefellec
La pianiste Anne Quefellec
Depuis ses origines, le festival multiplie les initiatives pour réduire les prix pour les jeunes, donner des concerts à l'hôpital, en prison et dans une multitude de villes autour de Nantes et permettre l'accès aux handicapés. Accessibilité et diversité demeurent donc les maîtres-mots de René Martin qui a gardé l'enthousiasme de ses débuts: "Je n'ai pas la Philarmonie de Berlin, je n'ai pas les plus grands orchestres du monde, mais ce n'est pas pour ça qu'on ne va pas faire quelque chose de fantastique".

La Folle journée de Nantes à suivre sur Franc 3 Pays de la Loire