"A nous de proposer des choses innovantes" : concerts chez soi ou à distance, des initiatives originales pour la Fête de la musique

En raison de la situation sanitaire, les "concerts spontanés" sont pour la plupart interdits pour la Fête de la musique dimanche 21 juin. Alors que les salles sont encore dans le flou sur leurs possibilités de réouverture à partir de lundi ou à la rentrée, les initiatives ne manquent pas, à l'inverse du public.

L\'auteure-compositrice-interprète Pomme, lors d\'un concert le 18 janvier 2020 à Cenon (Gironde).
L'auteure-compositrice-interprète Pomme, lors d'un concert le 18 janvier 2020 à Cenon (Gironde). (CONSTANT FORME-BECHERAT / HANS LUCAS)

France 2 avant-hier à l'Accor Arena de Paris, devant 2 000 spectateurs, ou France Inter en direct dimanche 21 juin, avec notamment Philippe Katerine ou Pomme dans un Olympia vide... Les concerts traditionnels s'adaptent, à l'occasion d'une Fête de la musique 2020 un peu particulière. Il y a donc des initiatives originales, comme celle de la Société Ricard Live Music : elle a sélectionné Quentin, 19 ans, parmi plus de 600 candidatures pour accueillir trois artistes à la maison. "J'ai tenté ma chance, j'ai laissé un commentaire", raconte le jeune homme. On sait mettre l'ambiance mais on reste assez sages. Chez soi, on est pas trop dépaysés donc ça va bien se passer."
 
Dans son jardin, à Saint-Pierre-du-Perray dans l'Essonne, ils seront une quinzaine pour applaudir Myd, Julien Granel et Suzane. "Rien que d'avoir du public devant, qu'ils soient 15 ou 15 000, je pense qu'on est déjà tous contents, sourit cette dernière. Ça me rappelle un peu mes débuts quand je chantais l'été à Saint-Rémy-de-Provence." Et les concerts du monde d'avant ? "Je les fantasme, je les espère tous les jours, ajoute la chanteuse, mais j'ai l'impression que pour le moment c'est un peu compliqué pour les salles de rouvrir dans des conditions comme avant. Je n'arrive pas trop à définir la suite."

4,5 milliards d'euros de pertes

Le problème est bien là. Le secteur, dont les pertes approcheront cette année les 4,5 milliards d'euros selon une étude de l'association Tous pour la musique, est encore dans le flou. Alors, le ministre de la Culture, Franck Riester, dit "réfléchir", et a lancé plusieurs opérations, dont ce symbolique appel à chanter, tous ensemble, Chanson sur ma drôle de vie de Véronique Sanson dimanche à 20 heures.
 
Le ministre soutient aussi Jean-Michel Jarre, pionnier encore une fois. Premier artiste mondial à jouer, via un avatar, dans un univers spécialement créé par la start-up française VRrOOm. Son concert sera notamment retransmis au Palais Royal à Paris à 21h15. 

Selon lui, il s'agit "d'épauler les artistes qui aujourd'hui vont faire des concerts dans des salles vides, ce qui lance un signal un peu ambigu. On peut faire des choses sur internet qui ont une valeur, et à terme on peut les monétiser".
 

C'est [l'occasion] de rappeler le jour de la Fête de la musique qu'il faut cesser de considérer la musique comme l'air que l'on respire, c'est-à-dire gratuite. C'est aussi à nous de proposer des choses nouvelles et innovantes.Jean-Michel Jarreà franceinfo

D'autres artistes joueront en direct sur internet, comme depuis le confinement. Certains, enfin, ont été invités à jouer pour les soignants et les patients dans certains CHU, comme Tété, Angélique Kidjo, ou Tim Dup.