Moby prêt à mixer pour Trump... s'il publie ses déclarations d'impôts

Le chanteur et DJ américain Moby a offert ses services pour se produire le jour de l'investiture de Donald Trump à Washington... à condition que le président élu publie ses déclarations d'impôts, ce qu'il s'est refusé à faire durant toute la campagne électorale.

Moby, Los Angeles août 2016
Moby, Los Angeles août 2016 (Matt Winkelmeyer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)
Moby a indiqué avoir été approché par un agent pour se produire lors de l'un des bals donnés dans la capitale américaine le soir de la prestation de serment du milliardaire, le 20 janvier. Une requête assez incongrue lorsqu'on connaît les convictions très ancrées à gauche de l'artiste, qui soutenait la candidate démocrate Hillary Clinton durant la campagne électorale. 

"Hahahaha, vraiment ? Je pense que j'accepterai de mixer à un bal d'investiture si en paiement Trump publie ses déclarations d'impôts", a répondu le chanteur sur Instagram.

 

Hahahahaha, I was just asked by a booking agent if I would consider djing at one of the inaugural balls for #trump... Hahahahaha, wait, Hahahaha, really? I guess I'd DJ at an inaugural ball if as payment #trump released his tax returns. Also I would probably play public enemy and stockhausen remixes to entertain the republicans. I'm still laughing. Hahahaha. So #trump what do you think, I DJ for you and you release your tax returns?

Une photo publiée par moby XⓋX (@moby) le

Le premier candidat à refuser de publier ses déclarations d'impôts

Donald Trump, milliardaire à la tête d'un immense empire aux ramifications parfois opaques, a été le premier candidat à la présidence depuis des décennies à refuser de publier ses déclarations d'impôts, malgré les appels incessants de ses adversaires démocrates. Cela ne l'a pas empêché d'être élu. Et même si M. Trump s'exécutait, ce qui semble très improbable, il n'apprécierait sans doute pas la liste des morceaux que Moby jouerait : il a en effet livré au magazine Billboard sa playlist pour un éventuel bal d'investiture, pleine d'hymnes politiques et de morceaux revendicatifs.

Le chanteur new-yorkais avait publié une lettre passionnée dans Billboard après l'élection de Donald Trump, qu'il qualifiait de "raciste et misogyne" et qui selon lui "sera le pire président que le pays a jamais vu".

L'équipe du milliardaire a semble-t-il des difficultés à trouver des artistes de premier plan acceptant de se produire à Washington le jour de sa prestation de serment le 20 janvier. Les bals qui se déroulent le soir de la cérémonie à travers la ville sont toutefois organisés par des organisations indépendantes.