Cet article date de plus de trois ans.

Bretagne : une rave-party qui a réuni des centaines de teufeurs a été interrompue par la gendarmerie dans la nuit de vendredi à samedi

Dans la nuit de vendredi à samedi, une rave-party a eu lieu dans les Côtes-d'Armor, réunissant plusieurs centaines de personnes. Elle a été interrompue par les gendarmes, sept d'entre eux ont été blessés et transportés à l'hôpital.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
La rave-party a démarré vers 23 heures vendredi 30 avril à Haut-Corlay (Côtes-d'Armor), les gendarmes sont intervenus deux heures plus tard. (JOHAN MOISON / RADIO FRANCE)

La rave-party qui a réuni des centaines de personnes dans les Côtes-d'Armor en Bretagne, a été interrompue par la gendarmerie dans la nuit de vendredi 30 avril à samedi 1er mai, selon les informations de franceinfo. Après un jeu de chat et de la souris avec les gendarmes, 300 teufeurs sont arrivés vers 23 heures vendredi dans la commune du Haut-Corlay et ont installé leurs camionnettes et leur sound-system dans un champ d'éoliennes.

Samedi soir, 150 teufeurs étaient toujours sur place, indique France Bleu Breizh Izel. Il n'y a plus aucune arrivée de fêtards depuis la fin de matinée, mais les gendarmes vont rester mobilisés cette nuit. Au total, sept d'entre eux ont été blessés et transportés à l'hôpital de Saint-Brieuc. Parmi eux se trouve un colonel de gendarmerie.

Plus de 500 infractions Covid dressées

"On attendait beaucoup plus de personnes, probablement plusieurs milliers", réagit Hélène Croze, directrice de cabinet du préfet des Côtes d'Armor, "pour prévenir la venue de nouveaux participants, les gendarmes sont intervenus sur site pour saisir le son vers 1h30". Des affrontements ont suivi l'intervention, les gendarmes ayant été visés par des tirs de projectiles. "Ils ont été pris pour cible par les participants et violemment attaqués, poursuit Hélène Croze, on compte sept gendarmes légèrement blessés. Ils ont été vus par les urgences des hôpitaux de Saint-Brieuc et de Pontivy et sont ressortis ce matin".

Plus de 500 infractions Covid ont été dressées. Il n'y a eu aucune interpellation mais des saisies de matériels ont été effectuées, selon la préfecture des Côtes-d'Armor. Les forces de l'ordre ont simplement procédé à des contrôles d'attestation. D'après la directrice de cabinet du préfet, la situation est sous contrôle : "nous craignons moins l'arrivée de personnes en grand nombre dès lors que nous avons saisi le son. Mais le risque n'est pas totalement écarté." Hélène Croze précise que "65 gendarmes sont présents sur site et des contrôles sont effectués sur les axes en amont pour s'assurer qu'aucun nouveau participant ne tente de venir sur le site occupé".

Une rave-party crainte par les autorités

Un cortège d'une cinquantaine de voitures et fourgons s'était d'abord retrouvé à Langueux, près de Saint-Brieuc vers 19 heures, rapporte France Bleu Armorique. Les jeunes conducteurs se sont ensuite dirigés vers Cohiniac, au nord de Quintin. Des groupes se sont séparés pour tenter de brouiller les pistes. Vers 21 heures, à Cohiniac, un agriculteur craignant de les voir s'installer dans le secteur, a commencé à épandre du lisier dans son champ, il a été aidé par un collègue qui a déversé des tonnes de terre, ce qui a empêché l'accès aux teufeurs.

Les participants sont venus de loin, comme en témoignent les plaques d'immatriculation des véhicules venus du Gers et des Pyrénées-Atlantiques. Au total, près de 500 fêtards ont participé à la rave party. Les préfets des quatre départements bretons avaient pris des arrêtés interdisant tout rassemblement festif à caractère musical ce week-end.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.