Cet article date de plus de quatre ans.

"Despacito" : le tube aux 4 milliards de vues sur internet entre dans la légende

"Despacito" du Porto-Ricain Luis Fonsi a fait exploser la notion de tube de l'été grâce à internet. Son clip a été vu plus de 4 milliards de fois sur YouTube depuis sa sortie en juin. Le signe de l'importance énorme prise par le web dans l'industrie musicale. Avec la multiplication des reprises, vous n'avez pas fini d'entendre "Despacito" qui sera aussi le tube de l'automne.
Article rédigé par
Jean-Michel Ogier, Nicolas Lemarignier - franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Despacito tourné à Porto-Rico
 (France 2 / culturebox)
Cet été, il fallait habiter la planète Mars pour ne pas entendre "Despacito", LE TUBE PLANETAIRE du Portoricain Luis Fonsi. Une chanson ou plutôt serait-on tenter de dire un clip qui vient de passer la barre des 4 milliards de vues sur You tube. Un record qui aurait rapporté à Luis Fonsi au moins 4 millions d'euros à raison d'un euro pour mille vues en moyenne.

Sur les sites payants de musique en ligne type Deezer ou Spotify, les chiffres sont plus précis. On sait que sur un abonnement mensuel de 10 euros, les artistes se partagent 46 centimes d'euros soit 54 fois plus que Youtube.

Reportage : N. Lemarignier, C-M.Denis, N. Berthelot


Internet est devenu incontournable dans le domaine musical. Luis Fonsi a détrôné le Sud-Coréen Psy avec son cultissime "Gangnam Style" vu par 3 milliards d'internautes.

"Despacito" est un phénomène que tout le monde veut se réapproprier. C'est ainsi que le web voit fleurir des reprises du tube au Kénya, au Japon ou en France. Le duo 2 Cllos constitué de Luka Sulic and Stjepan Hause propose une interprétation entre jazz et classique qui a déjà été vue plus de 15 millions de fois sur Youtube.


Des reprises auxquelles s'ajoutent les parodies ou interprétations très personnelles qui entretiennent le culte.


 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Musique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.