"On est tous musiciens" : avec Viva l'Orchestra, des amateurs se mêlent aux professionnels pour un concert symphonique

Un rêve d'intrumentiste amateur : jouer dans un orchestre symphonique. C'est ce que propose Viva l'Orchestra à 110 musiciens de tous âges, dont la 8e édition a lieu dimanche à la Maison de la radio et de la musique.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Les répétitions des 110 musiciens de Viva l'Orchestra 2022 avec le chef Toby Thatcher et les musiciens de l'Orchestre national de France, à la Maison de la radio et de la musique. (ANNE CHEPAU / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

C'est une des ultimes répétitions d'avant concert. Sur scène, 110 instrumentistes amateurs sélectionnés pour l'édition 2022 de Viva l'Orchestra. Ils donnent dimanche 29 mai leur premier concert : des musiciens amateurs appuyés par ceux de l’Orchestre national de France (ONF) à l’Auditorium de Radio France, dans le cadre de la 8e édition de Viva l’Orchestra. Un projet qui permet à des amateurs débutants ou confirmés de jouer dans un orchestre symphonique.

Les musiciens amateurs travaillent ensemble depuis près de six mois. À leurs côtés, 26 musiciens de l'Orchestre national de France, comme la flûtiste Joséphine Poncelin. "Nous, les vents, en répétition, on ne joue presque pas. On est vraiment là juste pour les écouter, leur donner des conseils, leur proposer des choses pour simplifier les départs un peu compliqués... Bien respirer, des trucs de justesse, de mise en place..."

"Tout n'est pas si simple, il faut beaucoup travailler"

Des conseils pour des musiciens de 9 à 73 ans. À Viva l'Orchestra, il n'y a pas de barrière d'âge. Il faut seulement avoir au moins deux ans de pratique musicale. C'est le cas de Justine, 10 ans, qui joue du violoncelle depuis trois ans. Et le plus compliqué pour elle, c'est de comprendre le chef, l'Anglais Toby Thatcher. "Je comprends quelques mots, mais pas tous. Il y a ma prof qui fait partie de l'ONF, qui m'explique."

À 73 ans, Jean-François est le doyen de l'orchestre après des années de guitare classique. Il a commencé le violoncelle il y a dix ans et lors des premières répétitions de Viva l'Orchestra, il était un peu inquiet. "Je me suis demandé si j'allais tenir le coup parce que le programme est quand même, je trouve, très complet. Au niveau technique, tout n'est pas si simple, il faut beaucoup travailler."

Un travail récompensé car tous disent avoir progressé. Viva l'Orchestra, c'est autant une aventure musicale qu'une aventure humaine, selon Marc Olivier de Nattes, cocréateur du projet et violoniste à l'Orchestre national de France. "Le premier jour de répétition, personne ne se connaît. Il y a une sorte de découverte de l'un et de l'autre, et de la musique, et de faire de la musique ensemble. Et ça rapproche les gens, ça forme une solidarité entre les générations, entre les métiers. Il n'y a pas de barrières sociales. Tout est tombé, là, on est tous musiciens et qu'on ait 7 ou 74 ans, on est tous là au service de la même cause : donner du plaisir aux gens qui vont venir nous écouter et développer le plus possible de musicalité sur son instrument."

Et pour Justine, Viva l'Orchestra va peut-être changer sa vie. "Avant, je voulais faire scientifique, mais maintenant, j'ai décidé de faire violoncelliste professionnel plus tard. Depuis Viva l'Orchestra !" En attendant, il y a un premier concert ce dimanche et un deuxième le 21 juin, jour de la Fête de la musique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Classique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.