Cinq bonnes raisons d’aller au Festival Days Off à Paris, de Jarvis Cocker à Camille, et de Celeste à Benjamin Epps

Le festival Days Off propose une floppée de créations uniques, deux soirées hip-hop et des concerts alléchants pour petits et grands, à voir dans un cadre unique, celui de la Philharmonie de Paris et de son rooftop au top, du 2 au 13 juillet. Le programmateur Vincent Anglade nous fait faire le tour du propriétaire.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 8 min.
L'accueil triomphal fait à Etienne Daho, lors de son concert en 2018 au festival Days Off à la Philharmonie de Paris. (GIL LEFAUCONNIER)

A chaque édition depuis ses débuts, Days Off démontre qu’il est un festival différent. Créé par la Philharmonie de Paris pour "ouvrir en grand aux musiques actuelles les portes de cette institution souvent identifiée au classique", il offre "une programmation populaire mais exigeante, axée sur l’international", résume le programmateur Vincent Anglade.

Il propose surtout une forte proportion de projets inédits, de véritables créations réalisées pour l’occasion, donc uniques, avec de belles passerelles entre pop et classique, qui permettent à Days Off de se distinguer avec classe des gros festivals aux affiches tapageuses qui se tiennent en Ile-de-France au même moment. Autre caractéristique qui le différencie : inutile de cavaler en nage d'une scène à une autre à Days Off puisque tout se déroule dans le confort feutré des salles de la Philharmonie.

Inaugurée par deux concerts de The Smile, le nouveau projet de Thom Yorke et Jonny Greenwood de Radiohead pour lequel le festival avait dû "repousser les murs" en avant-première début juin, la 12e édition de Days Off s'étale sur dix jours du 2 au 13 juillet, avec un programme dense et riche en surprises. Nous avons demandé à Vincent Anglade de nous le détailler en nous donnant cinq bonnes raisons d’y venir.

Le crooner britannique Jarvis Cocker c'est une voix, une plume, mais aussi une gestuelle unique en concert. (KEVIN WINTER / GETTY IMAGES / AFP)

Pour voir Jarvis Cocker revisiter des pépites de la chanson française

"Depuis le début, Days Off développe des créations et pousse les artistes à sortir de leur zone de confort pour présenter des projets originaux. Cette année, nous avons une création de Jarvis Cocker, l'ancien chanteur britannique du groupe Pulp, qu’on ne présente plus. Sur son dernier album, lui qui fut longtemps Parisien d'adoption, rend hommage à la chanson française des années 60 et 70 qui l’a tant influencée. Ce disque est une sorte de bande originale parallèle de The French Dispatch de Wes Anderson", rappelle Vincent Anglade. Dans le film, un crooner français adulé baptisé Tip-Top chante Aline, le tube de Christophe, et Jarvis Cocker lui prête sa voix. "Cela a donné l’envie à Jarvis d’aller plus loin, en se glissant dans la peau de ce crooner pour rendre hommage à toute la scène pop française des années 60-70 qu’il vénère, sur un album baptisé Chansons d’ennui Tip-top, paru fin 2021." Le Britannique y reprend des pépites de Christophe, Gainsbourg, Nino Ferrer, Jaques Dutronc et même le duo d'Alain Delon et Dalida Paroles, paroles. "Dès que j’ai eu entre les mains ce disque qui donne le sourire, j’ai voulu monter ça à Days Off", se souvient Vincent Anglade. "Il a accepté à condition d’avoir tout son groupe et une formation de cordes en supplément. Sur scène, ils seront une quinzaine de musiciens. C’est un moment assez unique du festival pour nous, qui représente bien l’ADN de ce festival, c’est-à-dire donner la possibilité à des artistes de cette dimension de sortir des sentiers battus, de proposer quelque chose d’unique et de les accompagner dans cette démarche. »

Jarvis Cocker joue "Chansons d’ennui Tip-Top" - Samedi 2 juillet à 20h (Grande Salle de la Philharmonie)


Parmi les autres créations au menu : le quatuor à cordes Wooden Elephant offre une relecture audacieuse de l’album Kid A de Radiohead (Dimanche 3 juillet à 19h), le pianiste japonais Koki Nakano, très inspiré par la danse, et dont l’œuvre est à la croisée de la musique savante et de la musique populaire, vient jouer accompagné de la danseuse et chorégraphe Marion Motin (Mercredi 6 juillet et Jeudi 7 juillet à 20h) et l’Américain Andrew Bird, violoniste, chanteur et siffleur, délivre ses partitions entouré de l’Orchestre national d’Ile-de-France (Dimanche 10 Juillet à 19h)

Parce que la Philharmonie est un lieu exceptionnel

"Venir à Days Off, c’est d’abord pour moi une occasion pour le public de découvrir la Philharmonie, de pénétrer dans ce bâtiment impressionnant de l’extérieur et qui s’avère à l’intérieur un véritable cocon pour accueillir le public et les artistes", explique Vincent Anglade. "C’est aussi l’occasion d’entendre des artistes dans une des plus belles salles du monde, ne soyons pas modestes, aussi fabuleuse au plan acoustique qu’architectural. Un spectacle réussi, c’est la rencontre entre l’artiste, le lieu et le public." Or tout est réuni ici pour que la magie opère. Un des sommets de l’architecture remarquable de la Philharmonie, conçue par Jean Nouvel, est à expérimenter sur le toit du bâtiment lors de la soirée Toi, toi mon Toit du festival. "Chaque année, ce rendez-vous se déroule sur le rooftop au moment de l’apéro, entre 18h30 et 22h, c’est à dire au moment du coucher du soleil, pour passer au son des DJ un moment suspendu, littéralement, puisque le toit est situé à 50 mètres de hauteur", vante Vincent Anglade. "On y accède par une sorte de chemin de randonnée tracé par l’architecte sur le bâtiment. Arrivés là-haut, on a une vue incroyable à 360 degrés sur tout l’Est et le Nord de la capitale, un point de vue inhabituel et rare depuis ce quartier de Paris."

Toi, Toi, Mon Toit, Concert-apéro sur le rooftop de la Philharmonie - Mercredi 6 juillet à 18h30

Le bâtiment futuriste de la Philharmonie de Paris, dessiné par l'architecte Jean Nouvel. (BLANCHOT PHILIPPE / HEMIS.FR / AFP)

Pour les deux soirées hip-hop

Cette année, cette fameuse soirée sur le rooftop (dit Le Belvédère) a été thématisée autour du hip-hop, en clin d’œil à l’exposition Hip-Hop 360 qui se déroule jusqu’au 24 juillet à la Philharmonie de Paris. Un concert de Edge, révélation du rap français aux textes introspectifs, sera encadré par les prouesses aux platines de la jeune DJ Andy 4000 et de Solo, producteur, DJ culte et figure historique du hip-hop au sein du groupe Assassin. Le lendemain, la soirée Hexagone, un plateau constitué de quatre représentants de la jeune garde du rap francophone, viendra enfoncer le clou. "Ce plateau constitue un vrai temps fort pour nous cette année dans l’idée de s’ouvrir à toutes les musiques. Nous accueillons en tête d’affiche Benjamin Epps, un rappeur que j’adore parce qu’il renvoie aux grandes heures du hip-hop américain tout en amenant de la modernité avec sa plume, sa production géniale et son flow maîtrisé", s'enthousiasme notre guide. "Et parce qu’il n’y a pas assez de femmes dans le rap, nous sommes ravis d’avoir Chilla, qui fait partie des artistes engagées, avec ses messages puissants pour la société et pour la jeunesse, dont on a plus que jamais besoin."

Toi, Toi, Mon Toit Concert-apéro avec Andy 4000, Edge et Solo - Mercredi 6 juillet à 18h30 (sur le toit de la Philharmonie)
Soirée Hexagone avec Benjamin Epps, Chilla, Bamao Yendé & Friends, Vicky R et Sheldon - Jeudi 7 juillet à 19h30 (Salle des concerts de la Philharmonie)

Parce que la chanteuse Celeste y donne son premier vrai concert parisien

Celeste c’est d’abord une voix. Une voix rare, à la fois fragile et puissante, fêlée et limpide, qui vous flanque les frissons dès la première écoute, et particulièrement en live. En 2019 à Rock en Seine, la chanteuse née aux Etats-Unis et grandie en Angleterre, n’avait encore que quelques chansons à défendre entre soul, jazz et R&B, mais impressionnait déjà durablement : on sentait qu’elle était là pour durer. Depuis, Celeste a sorti début 2021, en pleine pandémie, un magnifique album, Not Your Muse, qui a accroché plusieurs singles en haut des charts anglais (Love is Back, Stop This Flame), et lui a valu le prestigieux prix de l’Album de l’année au Mercury Prize. L’autrice et compositrice a également obtenu l’Oscar de la Meilleure chanson originale pour Hear My Voice, qui figure dans le film Les Sept de Chicago. "C’est donc auréolée de tous ces succès, forte d'un nouveau statut, qu’elle vient se produire à Days Off, cette fois en tête d’affiche de son propre concert", souligne Vincent Anglade. "Une nouvelle histoire s’ouvre pour Celeste, et cette voix exceptionnelle, on a envie de l’entendre à la Philharmonie." La chanteuse, empêchée de présenter son album sur scène pendant de longs mois, a hâte en retour de "découvrir le visage" de son public.

Celeste - Mercredi 13 juillet à 20h (Grande Salle Pierre Boulez)


Pour chanter avec Camille au sein d'une chorale géante

La Philharmonie accueille tous les publics, y compris les familles et les plus jeunes, tout au long de l’année. Days Off n’y déroge pas. Le concert- performance participatif LALÀLIVE de Camille, présenté au 104 il y a un an, où les enfants (dès 8 ans) sont les bienvenus, convenait à merveille. "On sait que Camille adore faire participer le public durant ses concerts. Là c’est le stade au-dessus car le public devient réellement partie prenante du concert et de sa réussite", détaille Vincent Anglade. "Camille est placée en compagnie de quelques chanteurs a cappella au centre du dispositif, avec du public tout autour d’elle à 360 degrés. Elle répartit rapidement au début du concert les participants (250 personnes maximum par représentation) en différents groupes de sonorités, selon les âges et les tessitures de voix. Puis chaque groupe est coaché par un chanteur professionnel. C’est une création in situ en direct selon l’énergie du moment. Tout le monde peut participer à cette espèce de chorale géante, inutile de savoir chanter, c’est 'venez comme vous êtes'. Plus le public s’implique, plus il se sent inclus, plus c’est réussi." Avec cette chanteuse libre et partageuse, ludique et bienveillante, il ne peut y avoir de fausse note.

Camille LALÀLIVE - Samedi 9 juillet à 15h et 18h (Le Studio de la Philharmonie)

La chanteuse et musicienne Camille. (PATRICK MESSINA)

Le festival Days Off,  du 2 au 13 juillet 2022 à la Philharmonie de Paris
Consultez l'ensemble du programme (avec aussi Kings of Convenience, St Vincent, Kae Tempest, Leonie Pernet, Lucie Antunes...)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Musique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.