Musique : Sète célèbre les 100 ans de Georges Brassens, l'enfant du pays

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 14 min.
Musique : Sète célèbre les 100 ans de l'enfant du pays, Georges
franceinfo
Article rédigé par
B. Van Elslande, P. Loison - franceinfo
France Télévisions

Georges Brassens, véritable légende de la chanson française, aurait eu 100 ans en octobre 2021. Pour l'occasion, franceinfo se replonge dans la vie de cet amoureux de Sète (Hérault), sa ville natale.

C'est un véritable monument de la chanson française. Georges Brassens aurait eu 100 ans cette année. Tout au long de sa carrière, il a gardé en tête sa ville natale, Sète (Hérault), avec une immense tendresse. "Dans cette maison est né Georges Brassens, le 22 octobre 1921", peut-on lire sur une plaque accolée au lieu qui l'a vu naître. Des passions, il en avait, en particulier la pêche et les copains. S'il a quitté Sète pour Paris en 1940, il n'a cessé de mentionner la ville dans ces chansons, toujours proche de son cœur. "Que vers le sol natal, mon corps soit ramené", chantait-il dans Supplique pour être enterré à la plage de Sète.

Le gamin de Sète devenu une légende

Éric Fottorino, journaliste, a consacré un numéro spécial du magazine Légende à Georges Brassens. "Il n'aimait pas être en avant. Quand il arrivait sur scène, il transpirait, il ne saluait pas, il mettait juste sa jambe sur une chaise et il partait. Se voir comme ça si grand, cela l'aurait intimidé. Mais au fond de lui, il aurait été heureux de voir que le gamin de Sète soit devenu cette légende", a expliqué ce dernier. "Il tenait beaucoup à être enterré à Sète, à retrouver les siens. Il y était attaché, au lieu, aux gens. Il aimait cet esprit et sa famille, il avait un amour très fort pour elle […]. Il est partout dans la ville. La maison où il est né est un lieu incontournable", a notamment répondu Jeanne Corporon, adjointe au maire de Sète, en charge du Centenaire Georges Brassens.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chanson française

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.