Jane Birkin, Calogero, Gims... Avec le reconfinement, les vedettes de la chanson et des musiques urbaines reportent la sortie de leurs disques

L'existence numérique des albums ne suffit pas à rassurer les maisons de disques. Des sorties très attendues de novembre sont repoussées d'au moins quelques semaines, voire plus.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Jane Birkin le 8 novembre 2019 à Barcelone, lors d'un festival où son spectacle "Symphonie intime" a été présenté (MARTA PEREZ / EFE / SIPA)

C'est la preuve que le digital ne résout pas tout. Avec le reconfinement instauré face à la deuxième vague de coronavirus et la fermeture de l'ensemble des points de vente de disques, des stars de la variété et de la musique urbaine ont décalé leurs sorties d'album.

C'est le cas d'un des disques les plus attendus de cette fin d'année, Oh! Pardon tu dormais... de Jane Birkin, produit par Étienne Daho. Le label Barclay l'a annoncé mercredi après-midi dans un communiqué : "Suite aux nouvelles mesures de confinement mises en place depuis vendredi dernier", Jane Birkin et son équipe ont "décidé de reporter la sortie" de l'album prévue le 20 novembre. "Une nouvelle date de sortie sera annoncée dès que possible."

Gims stoïque, Biolay furieux

D'autres reports, sine die ou pas, ont déjà été annoncés. L'album Centre Ville de Calogero, prévu vendredi 6 novembre, a ainsi également été remis à plus tard. Les valeurs sûres de la chanson et de la variété ne sont pas les seules concernées. Gros vendeur dans la catégorie musiques urbaines, Gims a annoncé lui-même sur ses réseaux sociaux (2,4 millions d'abonnés sur Instagram), via une vidéo avec casquette et lunettes de soleil, le report de la sortie de son album Le Fléau, également programmée le 6 novembre : "C'est compliqué de sortir dans ces conditions [avec le confinement], donc je recule pour mieux sauter, on reste positifs, une pensée pour les hôpitaux, les médecins, les bénévoles, les malades. Vu que j'ai un peu plus de temps, je vais retourner en studio et faire d'autres sons, d'autres dingueries, d'autres collab', d'autres feat'..."

Voir cette publication sur Instagram

SORTIE REPORTÉE #LEFLEAU ⚔️⚔️

Une publication partagée par G I M S (@gims) le


De son côté, Benjamin Biolay a déploré d'être "contraint" de repousser la réédition (enrichie de cinq inédits) de son dernier album Grand Prix du 20 novembre au 11 décembre. Il a posté un message rageur sur Instagram (illustré par une photo de Debbie Harry, chanteuse de Blondie, qui semble en avaler son micro), dénonçant des "décisions absurdes, ubuesques et orwello-kafkaïennes du gouvernement français". Et concluant à destination du Premier ministre : "Nous continuons à mourir dignement comme vous le voyez, Jean Castex."

Voir cette publication sur Instagram

Victimes une fois de plus des décisions absurdes, ubuesques et orwello-kafkaiennes du gouvernement français, nous sommes contraints de repousser la sortie de la réédition de GRAND PRIX ainsi que de CIRCUIT COURT( l Ep regroupant les 5 inédits ) au 11 décembre . Nous continuons à mourir dignement comme vous le voyez @jcastexpm . Bonne fin de journée dans le simulateur de vol. Baisers❤️

Une publication partagée par Benjamin Biolay (@benjamin_biolay_) le

"Un album vendu sur deux est un cadeau": la fin de l'année est "cruciale"

D'autres poids lourds du showbiz, à l'audience internationale, ont maintenu leurs sorties à la date prévue. C'est le cas de la chanteuse Aya Nakamura et du groupe AC/DC (les deux le 13 novembre). Toutefois, les reports qui s'enchaînent prouvent qu'à l'heure du digital, les ventes physiques - CD et vinyle - restent importantes à l'approche des fêtes de fin d'année. "Les deux derniers mois de l'année représentent en moyenne un tiers à 40% des revenus annuels des produits physiques", explique à l'AFP Alexandre Lasch, directeur général du Snep (syndicat national de l'édition phonographique). "Surtout, c'est une période au cours de laquelle les revenus du CD et du vinyle restent assez largement supérieurs à ceux du streaming, 7,5 points au-dessus l'année dernière."

"L'importance du mois de novembre en particulier tient aussi au fait que c'est celui au cours duquel toute la mise en place se fait dans la perspective des ventes de Noël", explique encore le directeur du Snep, avant de conclure : "Un album vendu sur deux est un cadeau : les ventes de fin d'année sont donc évidemment cruciales."

Tous Pour la Musique, association qui fédère les professions de la filière, s'est également alarmée mercredi dans un communiqué : "L'interdiction des ventes physiques de biens culturels aggrave une situation déjà dramatique, à un moment clé de l'année." Le Snep est par ailleurs à l'origine d'une pétition en ligne (sur le site change.org) réclamant la réouverture des petits magasins culturels et des rayons culture de la grande distribution. Plus de 4.600 personnes, anonymes ou chanteurs connus, l'avaient signé mercredi après-midi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.