Cet article date de plus d'un an.

"Dick c'est le rock absolu, moi c'est le roll" : Francis Cabrel sort un album live enregistré sur la route en 1990 avec Dick Rivers

Francis Cabrel annonce la sortie pour avril de "Rock'n'roll show", un album live enregistré en compagnie de son ancien complice disparu, Dick Rivers.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Francis Cabrel et Dick Rivers sur scène au Bataclan (Paris, France) le 10 janvier 1990. (PATRICE PICOT / GAMMA-RAPHO / GETTY IMAGES)

C'était il y a trente ans. Le chanteur Francis Cabrel et le rocker Dick Rivers, s'étant découverts une passion commune pour le rock'n'roll, effectuaient ensemble une tournée française. Sur cette dizaine de dates, plus une halte d'une semaine au Bataclan, les deux complices jouaient leurs standards du rock préférés. "C'est un excellent souvenir, c'est le moment où on a été le plus proches", se souvient l'auteur de Sarbacane.

Aujourd'hui, Francis Cabrel annonce la sortie de Rock'n'roll show, un album d'enregistrements inédits de ces concerts, un 19 titres (+3 bonus) et un double vinyle collector. Pièce maîtresse du coffret : un live en DVD enregistré au Bataclan le 6 octobre 1990. L'ensemble sortira le 17 avril, soit une semaine avant la date anniversaire de la mort de Dick Rivers, survenue le 24 avril 2019 le jour même où il devait fêter ses 74 ans.

"Dick a amené du Elvis, moi du Chuck Berry"

"C'est une manière de le faire vivre, toujours", explique Francis Cabrel à l'AFP au sujet de son ami rocker. "On s'était croisés sur des plateaux radios dans les années 1980 et on s'était rendu compte qu'on aimait la même musique", raconte-t-il. "C'est moi qui ai eu l'idée de tourner avec ce spectacle, lui et moi entourés du gratin des musiciens de l'époque".

"Dick a amené du Elvis, moi du Chuck Berry, entre autres (on trouve aussi du Buddy Holly ou du Eddie Cochran) et la surprise, c'est qu'il avait amené des chansons des Everly Brothers, de beaux titres, plus doux. C'est sa touche un peu romantique, à côté des trucs sur lesquels on se trémousse, des trucs plus saccadés", continue-t-il.

"Dick, c'est le rock absolu, moi le roll", s'amuse encore le compositeur de Je l'aime à mourir. "Le rock, c'est une musique que j'aime mais je me suis vite rendu compte que je ne serai pas une pointure là-dedans, c'est pour ça que je préférais chanter Chuck Berry car c'était pour moi plus folk que rock".

"On se marrait" avec Monsieur rock'n'roll

Sur le disque, durant l'intro de Rip it up (Little Richard), on entend Cabrel présenter son comparse devant un public conquis : "Il est né avec le rock'n'roll dans la peau, rivé au corps - elle est bonne celle là - j'ai nommé l'insubmersible, l'indestructible, l'indéformable, Monsieur le rock'n'roll lui même, Monsieur Dick Rivers".

"On se marrait avec ça", se souvient encore Cabrel. L'idée de "ressortir tout ça des cartons", comme il le dit, a jailli lors des obsèques de Dick Rivers. C'est Denys Lable, guitariste et ami de Cabrel, qui faisait lui aussi partie de l'aventure, qui a retrouvé "le CD dans son home studio et la cassette VHS du dernier concert filmé au Bataclan en caméra portée", précise le label Aztec Musique. "C'est un témoignage, l'orchestre joue superbement, Dick chante superbement, c'est une façon de lui rendre dignement hommage", conclut Cabrel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.